samedi 23 mai 2020

Déceptions à répétition

Vous ne m’avez pas beaucoup vu par ici ces derniers temps. La faute à quelques contrariétés, notamment un accident domestique m’ayant privé de l’usage de mon bras gauche pendant plusieurs semaines et qui continue à grandement m’handicaper aujourd’hui.

Comme il m’est très pénible d’écrire un billet d’une seule main, j’ai limité ma modeste production aux pépites jeunesse partagées avec Noukette. Il faut dire aussi que j’ai eu la main particulièrement malheureuse concernant mes lectures ces deux derniers mois. J’ai voulu bien faire en piochant des titres prenant la poussière depuis trop longtemps sur mes étagères. Mauvaise idée...

Voici donc un rapide et succinct tour d’horizon de ces déceptions à répétition.


Là, je partais en terrain conquis. Un recueil de textes inédits d’Iceberg Slim, auteur de la fabuleuse Trilogie du ghetto (Pimp, Trick Baby et Mama Black Widow), ça ne pouvait que me plaire. Sauf que… pas vraiment. Du moins pas entièrement. Entre une magnifique lettre à son père, des conseils sur « les ficelles du maquereautage », ou des considérations plus politiques sur les droits civiques, l’ensemble est trop disparate. On passe de l’excellent au médiocre, de la gouaille rafraîchissante au discours mou du genou, du marquant à l’anecdotique.
Vraiment pas indispensable.


Du temps où j’étais mac d’Iceberg Slim (traduit de l’américain par Clélia Laventure). Belfond, 2015. 215 pages. 15,00 euros.


Dans les années 1870, Stevenson décide de descendre en canoë les rivières du nord de la France. Partant de Belgique, il chemine jusqu’à Compiègne avec la volonté de saisir « l’âme des campagnes française ». Problème, il se perd en digressions sans intérêt, consacre à peine trois mots aux villes et villages où il fait étape (à part une plus longue description de la cathédrale de Noyon et quelques éloges de Compiègne), pleurniche sur les mauvaises conditions de voyage (le gars était écossais pourtant, il devait si connaître en météo pourrie !), les hôtes pas toujours sympa, les berges de l’Oise trop hautes qui ne lui permettent pas de voir le paysage, bref des détails ennuyeux à mourir qui m’ont fait piquer du nez plus d’une fois.
Franchement, je n’ai jamais lu un récit de voyage aussi assommant. Mais vraiment… 

En canoë sur les rivières du nord de Robert Louis Stevenson (traduit de l'anglais par Léon Bocquet). Actes sud (Babel) , 2005. 200 pages. 7,70 euros.


Hap et Léonard. Le blanc hétéro et le noir homo. Des années que je lis leurs aventures et que je ne m’en lasse pas. Enfin jusqu’à ce Diable rouge. Ils sont toujours aussi drôles, sans filtre et sans limite mais niveau scénario Joe R. Lansdale peine à se renouveler. J’aime son coté trash, son écriture très orale et sa faconde. Cependant j’aime beaucoup moins avoir l’impression de lire toujours un peu le même roman, en tout cas le même déroulé du récit, avec le même rythme tranquille montant crescendo jusqu’à la conclusion finale à coup de flingues et d’hémoglobine. 

Une recette appréciée trop souvent servie, on finit par s’en lasser…

Diable rouge de Joe R. Lansdale. Denoël, 2013. 315 pages. 19,90 euros.


J’adore Barrico. Tout ce que j’ai lu de lui m’a emballé. M’avait emballé plutôt. Jusqu’à ce Emmaüs. Son livre le plus personnel annonce la 4ème de couverture. Le plus intime. Le plus chiant surtout (bon ça c’est pas marqué sur la 4ème de couv et c’est bien dommage, j’aurais gagné du temps sinon). Inspirée de sa jeunesse si j’ai bien compris, l’histoire ne décolle pas, les personnages sont sans relief  et le style m’a paru pompeux. Bref, la cata. 




Emmaüs d’Alessandro Baricco (traduit de l'italien par Lise Caillat). Gallimard, 2012. 135 pages. 15,90 euros.


Voila. Quatre tentatives et quatre ratés. Un sans faute en somme. Heureusement, je me suis refait la cerise depuis. Avec des nouvelles de grande qualité. Je vous en reparle bientôt. Ou pas.






22 commentaires:

  1. Il me semblait bien que ça faisait longtemps que l'on ne t'avait plus vu! Bon rétablissement!

    Concernant tes déceptions.. aucun ne me tentait, aucun ne me tente :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plussoie à ces mots.
      Et j'ajoute: hop, une valeur sûre au plus sacrant!

      Supprimer
  2. Bon rétablissement (et patience)
    Pareil, j'ai dégagé des trucs de ma PAL, virant sans lire ou pas trop loin, mais maintenant je dois refaire cette PAL que je croyais sans fin)
    Pour Hap et Leonard, j'en ai lu pas mal, et le dernier m'a fatiguée, pareil. Un peu attendu.
    Pour le Stevenson, j'ai relu mon billet, http://enlisantenvoyageant.blogspot.com/2011/06/en-canoe-sur-les-rivieres-du-nord.html, j'avais plutôt aimé . Mais il ne faut pas y voir un guide de voyage; Toi tu connais la région, pas moi alors je n'en attendais pas plus.
    Sinon : je te recommande uen lecture que je sens à 100% dans tes cordes, Méditations en vert de Stephen wright, ça part bien en vrille dans l'hallucinatoire, faut au moins ça pour supporter la guerre du Vietnam en direct. Un style grandiose.http://enlisantenvoyageant.blogspot.com/2020/05/meditations-en-vert.html Gallmeister, au fait.

    RépondreSupprimer
  3. Dès fois, on comprend pourquoi certains titres prenaient la poussière, finalement. Moi, je ne suis dit que ceux qui ne seraient pas lus pendant le confinement, allaient finir dans une boîte à lire ....
    Bon courage pour ton bras, refais toi bien la cerise !

    RépondreSupprimer
  4. Des livres que je n'aurais jamais ouverts de toutes façons. Même le Baricco car je n'ai pas été tentée par la 4ème de couv.
    Biz et bon dimanche !
    Syl.

    RépondreSupprimer
  5. Ah je comprends, pour moi je ne sais pas si c'est la faute des livres ou du confinement ou d'autres choses mais tout me tombe des mains... J'ai 36 livres entamés qui risquent de le rester...

    RépondreSupprimer
  6. C'est vraiment pas de chance, partir sur des valeurs sûres pour être déçu, c'est rageant. J'espère que tu auras la main plus heureuse pour tes prochaines lectures.
    Bon rétablissement, bises

    RépondreSupprimer
  7. Bon, eh bien, ça n'alourdira pas nos PAL :)

    RépondreSupprimer
  8. La période n'aidait pas, il faut dire !

    RépondreSupprimer
  9. C'est sûr qu'entre une main malheureuse et l'autre handicapée, ce n'est pas évident... :-)
    J'espère que tu sortiras vite de cette morose période...

    RépondreSupprimer
  10. Ah ben zut alors !
    Bon rétablissement et bonne chance pour tes futures lectures !

    RépondreSupprimer
  11. J'avoue que j'ai aussi puisé dans ma pal pendant le confinement en me demandant parfois pourquoi ces livres y étaient entrés !! bon rétablissement

    RépondreSupprimer
  12. ah ravie d'avoir de tes nouvelles ! même si elles sont pas excellentes. Je me disais il ne lit plus que des romans jeunesses .. Marie a eu pas mal de déceptions aussi et a perdu certains auteurs en route.. elle n'a pas fait de billet mais j'adore ton avis (et le résumé : assommant, chiant ..) Je suis désolée pour toi car je sais à quel point tu aimes lire et là tu as du te demander ce qui se passait ...
    De mon côté, j'ai été plutôt chanceuse. Je te souhaite une guérison physique et littéraire rapide !

    RépondreSupprimer
  13. Ah ben oui là c'est pas de veine à tous les niveaux. Un accident domestique handicapant, c'est déjà pénible mais si en plus aucun des livres que tu avais à portée de main ne t'a ni transcendé ni distrait efficacement, c'est rageant... J'espère que tu es sur le chemin d'un prompt rétablissement et que tes prochaines lectures seront enfin des bonnes pioches !

    RépondreSupprimer
  14. Chacun a réagi différemment à cette période, mais je crois que ceux qui peinent à lire sont plus nombreux que ceux qui enchaînent les pavés ! ;-)
    Bon rétablissement et bon retour à la lecture !

    RépondreSupprimer
  15. Pas de chance... Moi j'ai lu très peu pendant ce confinement (BD et jeunesse essentiellement plus un ou deux romans "faciles")
    Bon courage pour ton bras, ça a l'air d'être long à se remettre...

    RépondreSupprimer
  16. D'abord j'apprécie ton effort de rédiger un si long article (intéressant comme toujours) et merci aussi d'y indiquer tes déceptions parce qu'elles sont éclairantes. Je ne pense paslire lesdits bouquins de toute façon ! Plein de bises et repose-toi aussi !

    RépondreSupprimer
  17. J'espère que cette mauvaise passe va bientôt se terminer.

    RépondreSupprimer
  18. contente que tu sois de retour! même si c'est avec des déceptions... pourtant les auteurs sont habituellement de qualité... vivement tes billets sur de belles lectures !

    RépondreSupprimer
  19. Je suis dans le même cas,. Depuis quelques temps, mes lectures ne décollent pas et je les abandonne au bout de 40 pages. Peut-être est-ce dû au confinement ? Allez, l'enthousiasme va revenir !

    RépondreSupprimer
  20. Ça va revenir, obligé... et en jeunesse et en BD tu as quand même fait de belles découvertes, ça compense non ? :-)

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !