mercredi 11 décembre 2019

Préférence système - Hugo Bienvenu

En 2055, l’humanité a produit tant de données qu’il n’est plus possible de les stocker. Chaque jour, des « censeurs » décident d’en supprimer définitivement pour faire de la place aux nouvelles. Yves est un archiviste chargé de présenter les dossiers qui sont sur la sellette. Ne supportant pas de voir disparaître des œuvres culturelles qu’il considère comme indispensables, il a pris l’habitude de les sauvegarder avant destruction et de les stocker dans la mémoire de Mikki, son robot domestique. Une pratique totalement illégale qui pourrait lui attirer les pires ennuis s’il était découvert. Soupçonné par les autorités, le jeune homme décide de s’enfuir avec sa femme et leur fille à naître, dont la gestation pour autrui est assurée par Mikki.

Drôle de société que celle imaginée par Ugo Bienvenu. Une société qui, pour permettre à la population de publier ses vidéos et photos sur les réseaux sociaux, doit effacer les traces du monde d’avant. Films, livres, musique, tout y passe tant que ça libère de l’espace disponible pour les nouvelles données personnelles. Et si les « sages » décidant du sort des œuvres ont sauvé de justesse les romans de Victor Hugo, ils n’ont eu aucune pitié pour Rimbaud, Kubrick ou Céline Dion. Dans ce futur s’affranchissant de la culture du passé tout est triste, gris, aseptisé. Un avenir proche glaçant et finalement pas si irréaliste que cela.

Après Paiement accepté, Ugo Bienvenu aborde à nouveau la question de la transmission. Son message d’apparence pessimiste n’est pourtant pas sans espoir. La partie « urbaine » de l’album est aussi froide qu’anxiogène alors que les événements se passant à la campagne offrent une bouffée d’air frais bienvenue. Et paradoxalement, c’est au moment où le robot est au centre du récit que ce dernier devient plus chaleureux, plus humain.

Graphiquement, la référence à Charles Burns saute aux yeux. Le trait hyperréaliste est parfois trop statique dans la représentation des personnages mais les décors et les accessoires possèdent un design rétro-futuriste vraiment stylé. Au final, on aurait tort de voir dans cette fable sur la transmission et la filiation un message simpliste et un peu cucul jouant sur l’opposition entre la nature et la technologie. La réflexion est bien plus profonde, elle interroge notre rapport aux données stockées et partagées, à l’immédiateté qui prend le pas sur l’intemporel, au contenu du quotidien qui, bientôt, chassera les œuvres et les créations du passé. Un album en tout point abouti, qui mérite grandement le Grand Prix de la critique ACBD 2020 remporté il y a quelques jours.           

Préférence système d’Hugo Bienvenu. Denoël Graphic, 2020. 170 pages. 23,00 euros.




















24 commentaires:

  1. Alors celui-là, il est carrément pour moi : la question de la gestion des données personnelles est mon sujet de Master 2 d'Info Com d'il y a trois ans ! :D

    RépondreSupprimer
  2. J'ai toujours un souci avec ce type de graphisme un peu (beaucoup) froid mais l'histoire me tente vraiment ! Curieuse je suis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me diras ce que tu en penses bientôt j'espère ;)

      Supprimer
  3. Le sujet me tente mais le trait pas du tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas se focaliser sur le graphisme concernant cet album.

      Supprimer
  4. Je l'ai repérée dans la sélection d'Angoulême, elle me fait envie !

    RépondreSupprimer
  5. Je le lirai s'il arrive à la bibliothèque (après son prix ACBD, c'est possible), mais je ne suis pas spécialement convaincue..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bibliothèque digne de ce nom se doit de l'acquérir selon moi.

      Supprimer
  6. ton billet est excellent, tu fais peser le pour et le contre du coup j'attendrai de le trouver (par hasard) à la BM pour me faire un avis !

    RépondreSupprimer
  7. Les thèmes me parlent, 2055, ce n'est pas si loin en plus. Je crois que je pourrais vraiment me laisser tenter.

    RépondreSupprimer
  8. Gloups... je ne sais pas du tout si je pourrais être tentée..

    RépondreSupprimer
  9. Le dessin ne m'attire pas du tout mais le scénario m'intéresse.

    RépondreSupprimer
  10. Autant je trouve la réflexion intéressante (et ô combien d'actualité), autant j'ai énormément de mal avec le dessin... Je ne vais donc pas me précipiter pour l'acheter mais je garde l’œil ouvert si jamais il croise un jour mon chemin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien compris que tu n'en ferais pas une priorité ;)

      Supprimer
  11. oki, je note, j'avoue que tu m'intrigues, je ne serai pas allée vers cette histoire de moi-même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un album qui mérite le coup d’œil.

      Supprimer
  12. Intriguée je suis par cet album qui pourrait très bien me plaire !! Je ne l'avais pas encore vu passer, je ne me tiens pas très au courant des prix en ce moment, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps ce prix là est très récent, on en parlera davantage au moment d'Angoulême je pense.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !