mardi 15 juin 2021

Quelques secondes encore - Thomas Scotto

Alban est tombé d’un toit. Mort cérébral. Sa mère et sa sœur Anouk sont à l’hôpital, son père en déplacement professionnel. Alban avait assuré qu’il souhaitait faire don de ses organes s’il lui arrivait malheur un jour. Mais pour sa mère, la décision est trop difficile à prendre. Trop tôt. Trop vite. 

Nous sommes auprès d’Alban, dans les minutes qui suivent l’annonce du verdict des médecins. Anouk est l’unique narratrice de ce monologue bouleversant. Ses pensées naviguent entre l’insoutenable présent et les souvenirs heureux. Alban et sa passion pour la construction de meubles en palettes. Une sortie mémorable au parc d’attraction. Une tanière construite dans les bois pour jouer les fugueurs le temps de quelques heures. Des petits moments. Des trucs du quotidien. Anouk cherche les arguments pour convaincre sa mère, pour respecter la volonté de son frère. Sans la heurter, sans la brusquer. Mais du haut de ses 16 ans, elle se sent démunie à la fois face au drame et à l’urgence.  

Encaisser le choc. Être en pleine sidération. Sans déni accepter la réalité. Et au-delà ne pas pouvoir se projeter vers cette décision que le corps médical attend avec impatience. C’est là que le titre prend tout son sens. Quelques secondes encore. Du temps gagné sur la réponse impossible à donner. 

Il y a évidemment quelque chose de déchirant dans ce texte. De l’ordre de la douleur la plus violente, la plus intime, la plus insupportable. Mais on ne sombre pas pour autant dans des abysses de noirceur, on ne tire pas avec excès sur la corde lacrymale. Douceur, dignité et humanité servent de cadre au récit. Tout en retenu, les mots d’Anouk ne se laissent pas submerger par la colère ou la tristesse. Pas encore. Pas avant la fin du compte à rebours. 

Un roman à la beauté fulgurante, d’une infinie délicatesse.  

Et comme toujours avec cette collection, l'achat du livre papier offre accès à la version audio et à la version numérique via une application dédiée.

Quelques secondes encore de Thomas Scotto. Nathan, 2021. 56 pages. 8,00 euros. A partir de 15 ans.



Une sublime pépite jeunesse partagée avec Noukette





17 commentaires:

  1. Super cette idée d'accès à l'audio.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu des frissons à te lire...

    RépondreSupprimer
  3. Je lis que de bons avis au sujet de ce livre ! cela a l'air d'être une histoire poignante.

    RépondreSupprimer
  4. Oh, dis donc, c'est... puissant comme sujet et il faut être fort pour ne pas en faire un texte larmoyant.

    RépondreSupprimer
  5. Mes échappées livresques17 juin 2021 à 10:22

    Un texte qui semble très fort et une collection que j'ai très envie de découvrir, c'est chouette pour la version audio!

    RépondreSupprimer
  6. Un sujet qui me sidère, sur lequel je ne peux pas lire ... C'est dommage, parce que ta chronique donne vraiment envie. Mais je sais que je ferai l'impasse, je n'ai jamais pu lire Réparer les vivants, alors que j'adore Maylis de Kérangal ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben moi j'ai lu réparer les vivants et je n'ai pas aimé du tout.

      Supprimer
  7. le drame de perdre un enfant, personne ne eut guère l'imaginer avant de le vivre. Je n'ose imaginer la douleur d'une mère ou d'un père qui doit décider de donner les organes de son enfant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est inimaginable en effet et il est difficile de savoir comment l'on réagirait en de telles circonstances.

      Supprimer
  8. C'est un thème qui m'attire pour ne pas dire me fascine je note . merci

    RépondreSupprimer
  9. Un thème vraiment fort! Je sens que sa lecture va me chambouler.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !