mardi 29 juin 2021

La meute - Adèle Tariel

Pour son entrée en seconde, Léa découvre un nouvel établissement où elle ne connait personne. De nature timide, elle se rapproche d’un garçon dont le magnétisme en fait le leader incontestable de la classe. Lors du premier cours d’histoire de l’année la jeune fille comprend que le professeur, en manque d’autorité, va être malmené par certain élèves provocateurs. Au fil des jours le chahut ne cesse d’empirer et l’enseignant va devenir la risée de tout le lycée sur les réseaux sociaux. Entraînée malgré elle dans ce tourbillon de moqueries et de violence, Léa préfère se taire pour ne pas risquer de mettre à mal son intégration auprès de ses nouveaux camarades.  

Intéressant de parler de harcèlement en faisant de la victime non pas un élève mais un prof. Le texte montre les ravages de l’effet de groupe, de l’influence toxique d’une poignée de meneurs que personne n’ose contrarier, auxquels personne n’ose s’opposer. Et au-delà, il montre l’importance pour la jeune fille de s’intégrer coûte que coûte, à la fois pour ne pas sentir exclue et pour éviter de devenir la prochaine harcelée en cas de résistance ou d’opposition.

Bien sûr Léa est mal à l’aise. Elle suit sans cautionner, elle assiste sans s’offusquer, du moins de manière frontale. Impossible pour elle d’afficher son intime conviction que tout va beaucoup trop loin, impossible pour elle de sortir du cercle infernal dans lequel elle est entrée et dont elle a trop peur de sortir. Adèle Tariel a su placer le curseur au bon endroit pour éviter la caricature et rester dans une forme de réalisme qui rend les réactions de chaque protagoniste d’une totale crédibilité. Son récit s’avère au final aussi poignant que dérangeant.

Un court roman parfait pour aborder la question du harcèlement en poussant les lecteurs à la réflexion.

La meute d’Adèle Tariel. Magnard jeunesse, 2021. 96 pages. 5 ,90 euros. A partir de 15 ans.


La dernière pépite de cette année scolaire partagée avec Noukette








14 commentaires:

  1. Du fait de mon âge ... j'ai connu très bien ce phénomène . Les élèves de ma génération se défoulaient sur les profs que l'on savait pouvoir chahuter et c'était très injuste . Personne n'osait s'y opposer parmi les élèves. Les bons profs y échappaient , les peaux de vache aussi mais les profs timides et moins compétents étaient des souffre douleur tout désignés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai connu également ce phénomène malheureusement.
      C'est un livre qui peut donc me parler ;)

      Supprimer
    2. Tout le monde a connu ce genre de situation j'ai l'impression, même si les choses n'allaient pas forcément aussi loin que dans ce roman.

      Supprimer
  2. ça me fait penser à un des profs qui a bien du souffrir. Le titre est bien trouvé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre résume bien le comportement des élèves oui.

      Supprimer
  3. Le titre me fait penser à une série qui passe sur Arte, c'est vrai que l'effet de meute peut être dévastateur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans toutes les situations l'effet de meute n'est jamais positif.

      Supprimer
  4. Ce que tu en dis me rappelle une certaine période de ma vie et un certain prof de physique...

    RépondreSupprimer
  5. L'angle de vue est intéressant mais trop proche d'une certaine réalité un peu dure, j'ai l'impression, pour que je me lance.

    RépondreSupprimer
  6. La Meute, quel titre terrible, on y voit déjà les personnages comme des animaux impitoyables!

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !