mardi 30 mars 2021

Lancelot Dulac - Victor Pouchet

Sa mère a beau lui jurer que le choix de son prénom est dû à celui de son grand-père, Lancelot a du mal à la croire. Se prénommer Lancelot alors que votre nom de famille est Dulac, avouez que ce n’est pas facile à gérer. Pas étonnant que le jeune Lancelot finisse par se prendre pour un chevalier. Au collège où il vient d’entrer, un certain Atrhur règne sur la cour de récré. Et dans sa classe, la belle Jennifer l’ensorcèle. Fou amoureux, Lancelot se désespère lorsque Jennifer disparaît. N’écoutant que son courage, l’apprenti chevalier part à sa recherche, bravant mille dangers. 

Tel son illustre ainé, Lancelot va devoir affronter bien des épreuves pour mener à bien sa quête. Le tournoi de chevalerie devient un match de foot, la forêt souterraine a des allures de couloirs du métro et Viviane la fée du lac est une SDF habillée de sacs plastique mais au final son comportement valeureux n’a qu’une seule motivation : l’Amour. Et comme son célèbre prédécesseur, notre Lancelot des temps modernes n’écoute que son cœur. Un brin naïf, il fonce tête baissée du haut de son un mètre trente-cinq et de ses trente et un kilos virgule cinq, uniquement guidé par la noblesse de ses actes. 

Victor Pouchet propose une réécriture de la légende arthurienne pleine de tendresse et d’empathie. Le roman initiatique prend des allures de conte un poil foutraque, vif, malicieux et enjoué. Les aventures de notre Lancelot collégien sont rythmées, magnifiquement enluminées par les illustrations du talentueux Killoffer. Un petit plaisir de lecture parfait pour affronter la morosité ambiante.

Lancelot Dulac de Victor Pouchet (Ill. Killoffer). L’école des loisirs, 2020. 110 pages. 11,00 euros. A partir de 9-10 ans.



Une pépite jeunesse partagée avec Noukette





9 commentaires:

  1. je trouve que l'idée est géniale et drôle tant mieux!

    RépondreSupprimer
  2. J'aime aussi le pitch et les analogies. Il a l'air sympa, ce bouquin.

    RépondreSupprimer
  3. Mouais mouais. Pas très tentée mais peut-être que pour le CDI...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au CDI il a incontestablement sa place.

      Supprimer
    2. Ça se discute...! Blague à part, une bonne idée de départ mais trop d'invraisemblances et de clichés en ce qui me concerne, il m'a un peu agacée ce roman !

      Supprimer
  4. je ne suis pas une grande fan d'Arthur et ses potes mais le foutraque, ça me parle :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que c'est une façon particulière de découvrir cet univers.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !