mercredi 6 février 2019

Beastars - Paru Itagaki

LE manga événement de ce début d’année. Le lancement à Angoulême a été une telle réussite que l’éditeur n’avait plus un seul exemplaire sur son stand dès le dimanche matin. La présence de l’auteure en dédicace et les goodies distribués à la pelle ne sont sans doute pas étrangers à un tel succès mais au-delà du buzz et du marketing, force est de constater que la série a plus d’un atout dans sa manche.

L’histoire se déroule à l’institut Cherryton où herbivores et carnivores se côtoient en harmonie dans le respect de règles strictes comme l’interdiction de manger de la viande ou l’obligation de vivre dans des dortoirs séparés en fonction des régimes alimentaires. Les étudiants se mélangent dans les différents clubs de l’école mais malgré la paix apparente entre les races, la tension monte parfois subitement. Elle va même culminer le jour où l’on découvre sur le campus le cadavre déchiqueté de Tem, un alpaga membre du club de théâtre. Le loup Legoshi fait un coupable idéal. Ami de Tem, membre du club de théâtre lui aussi, ce carnivore solitaire intrigue autant qu’il effraie. Et tandis que la tension ne fait que grimper dans les couloirs, l’approche de l’élection du Beastars, le leader de l’école, va révéler des personnalités inquiétantes… 



Le canevas tissé dans ces deux premiers tomes s’avère d’emblée addictif. Relation entre élèves, lutte de pouvoir, jalousie, clans, la vie du campus suffirait à elle seule à rendre le propos passionnant. Mais la dimension anthropomorphique du récit ajoute une réflexion sur le déterminisme social et biologique et interroge sur la difficulté à maîtriser sa véritable nature pour pouvoir vivre en société. C’est tout l’enjeu pour Legoshi, incapable par moment de contrôler ses instincts malgré une gentillesse des plus sincères. Son combat intérieur interpelle et pousse à se demander si c’est bien lui le tueur de l’alpaga.

Chaque personnage exprime une dualité et des sentiments d’une grande complexité. L’ambiguïté est partout présente, tant chez les herbivores que chez les carnivores. Ainsi la douce lapine se révèle une dévoreuse de mâles et le cerf que tout le monde admire cultive une soif de pouvoir et un culte de la personnalité ne ressemblant pas au caractère réservé et craintif propre à son espèce. On sent par ailleurs que le microcosme policé de l’institut repose sur des fondations fragiles et qu’à la moindre étincelle un retour à la sauvagerie primaire n’est pas à exclure.




Premier manga publié par Paru Itakagi, Beastars est une série phénomène. Lancée l’an dernier au Japon elle a déjà remporté plusieurs prix et ne cesse de gagner des lecteurs. Et franchement, vu la qualité des deux premiers volumes, c’est amplement mérité.     

Beastars T1 de Paru Itagaki. Ki-oon, 2019. 200 pages. 6,90 euros.
Beastars T2 de Paru Itagaki. Ki-oon, 2019. 200 pages. 6,90 euros.




Les BD de la semaine sont à retrouver chez Stephie !















24 commentaires:

  1. Heu, là je sors de ma grotte et je découvre...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu un article intéressant sur ce manga il y a peu ( sûrement lié au battage à Angoulême ) et il était tentateur. L'usage de l'anthropomorphisme, ce n'est pas toujours réussi, il semble pour cette série, si. Chouette.

    RépondreSupprimer
  3. Ton billet me donne envie ! Je le note d'emblée, cela ne peut que me plaire.

    RépondreSupprimer
  4. Je vais me le faire ;-) d'autant que ça pourrait toutafé plaire à mon grand !
    Merci jeune homme et des bises gigantesques

    RépondreSupprimer
  5. Je ne suis pas très manga en temps normal mais les dessins que tu montres me plaisent bien! Mais combien de tomes? (c'est ce qui me fait aussi souvent peur avec les manga ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Alors ça, ça plaira à mes lycéens (et à moi !). Je note, j'étais passée à côté ! ;)

    RépondreSupprimer
  7. comme Keisha, je ne savais rien de tout ça mais ça me rend bien bien curieuse...

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bien l'idée et les mangas. Souvent, le problème, c'est le nombre de tomes.

    RépondreSupprimer
  9. Ah mais ça m'a l'air fort intéressant ! Faut que j'aille feuilleter !

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai pas lu de manga depuis pffff.... Je ne suis pas trop attirée en général mais je vais peut-être faire une exception !

    RépondreSupprimer
  11. Je vais l'offrir à mes petits fils qui ont la grippe ça va leur changer les idées

    RépondreSupprimer
  12. J'ai repéré ces deux tomes et tu confirmes mon envie de les découvrir (même si l anthropomorphisme et moi... Faut savoir faire des exceptions^^)

    RépondreSupprimer
  13. Ce que tu en dis est tentant, mais je n'aime tellement pas le graphisme des mangas...

    RépondreSupprimer
  14. Pouah pouah pouah, là il me faut ça rapidement !! Quand je pense que je me suis déjà récemment embarquée dans The Promised Neverland (tome 3 fini)...

    RépondreSupprimer
  15. Je ne lis jamais de mangas et je ne suis pas trop tentée

    RépondreSupprimer
  16. au départ j'étais pas forcément tentée, maintenant un peu plus :D

    RépondreSupprimer
  17. Donc...On va y succomber...Forcément!

    RépondreSupprimer
  18. J'ai du mal avec les mangas... Mais sait-on jamais ?

    RépondreSupprimer
  19. Tu as donc bien fait de te le procurer très vite en arrivant.
    Moi mon seul objectif était de me précipiter sur les mojitos et ta divine personne. <3
    A côté de ça, aucun manga n'est en mesure de faire le poids.

    RépondreSupprimer
  20. Manga... J'ai encore du mal ! Mais je note pour la bib.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !