mardi 11 mai 2010

Cuisiner, un sentiment

Jachy Durand est chroniqueur gastronomique à Libération. Chaque jeudi, il passe en cuisine pour réveiller les papilles des lecteurs. Les éditions Carnets Nord ont eu la bonne idée de regrouper ses chroniques (plus quelques inédits) dans un recueil au titre on ne peut plus explicite : Cuisiner, un sentiment. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Entre souvenirs, rites, saisons, envies et lieux, tout part des sentiments. Et Jacky Durand expose avec talent le cheminement qui le pousse à cuisiner.

Chaque texte s’organise à peu près de la même façon. Tout commence par une introduction plutôt littéraire laissant se dérouler une très jolie écriture. On rentre ensuite dans le vif du sujet avec la présentation du produit du jour et surtout la recette qui va avec. A la fin de la chronique, le constat est sans appel. Le lecteur a faim !

Evidemment, Jacky Durand fait de la cuisine un plaisir en dehors de toute contrainte bassement matériel, loin des considérations terre à terre (du genre qu’est ce qu’on va faire ce soir avec ces gosses qui n’aiment rien ?) ou économiques (élaborer un menu régional en achetant les ingrédients sur les stands du salon de l’agriculture, je veux bien, mais il faut avoir le porte monnaie solide !).

Le chroniqueur de Libé est hédoniste, curieux, ouvert sur le monde. Tantôt salé, parfois furieusement sucré. Peut-être trop respectueux des grands classiques et des tours de main ancestraux, il est surtout passionné. Au final, le recueil oscille entre tradition et modernisme (même si l’on sent une réelle aversion pour la mode des verrines !) avec un seul véritable crédo : le plaisir avant tout. Celui de réunir les gens que l’on aime autour d’une bonne table ou, tout simplement, se faire plaisir en solitaire, égoïstement.

Quand la lecture devient à ce point gourmande et vous ouvre l’appétit, on ne peut que s’incliner devant ce mélange de gouaille et d’élégance. Savoureux.

PS : un mot sur la couverture du recueil qui est absolument hideuse et ne pourra jamais inciter qui que ce soit à saisir l’ouvrage posé à plat sur la table d’une librairie. L’illustration centrale censée représenter en très gros plan le cul d’une casserole n’est pas du tout parlante. Bref, c’est un gros raté et c’est bien dommage. Une dernière petite info en passant. Le tirage de départ de ce livre n’est que de 3000 exemplaires. Il sera donc peut-être assez difficile à trouver d’ici quelques semaines.

Cuisiner, un sentiment, de Jacky Durand, Carnets Nord, 2010. 246 pages. 17 euros.

L’info en plus : Carnets Nord est une jeune maison d’édition née en 2007. Son catalogue, riche d’une trentaine de titres, contient des essais, des romans, des chroniques, des carnets de voyages et des reportages au long cours. Un travail de qualité pour cet éditeur indépendant qui mérite que l’on se penche avec attention sur sa production.

2 commentaires:

  1. Ce livre me plaît bien. Je crois que je vais me laisser tenter.

    RépondreSupprimer
  2. Moi je l aime bien cette couverture...

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !