mercredi 5 mai 2010

10 petits soldats

Ils sont dix. Dix petits soldats qui partent à la guerre la fleur au fusil, le sourire aux lèvres. Il y a Martin, Gégé, Jo, Laurent, Robert, Raymond, Rudolf, Jean et les deux autres dont on ne connaît pas le nom. Tour à tour, ils vont disparaître. Le dernier enlèvera son bel uniforme rouge et son grand chapeau noir. Il les déposera près de son fusil, et il partira.

Comme souvent chez Rapaport, le sujet est grave. Comme souvent chez Rapaport, le texte est minimaliste. Comme souvent chez Rapaport, les illustrations vous sautent à la gorge. Des doubles pages sur fond blanc, sans aucun décor avec du noir et du rouge comme couleurs dominantes. Le texte est écrit en gras, les dessins sont énormes, tout en nervosité. On a l’impression qu’il faut tenir l’album à bout de bras, l’éloigner des yeux pour mieux lire les images.

Il n’y a là aucune empathie pour les petits soldats appelés à partir les uns après les autres. Juste des prénoms. Après tout, ils n’avaient qu’à pas écouter la reine leur crier : « Courez donner votre vie ». On pense aux moutons de Panurge chers à Rabelais. Seule l’attitude du dernier, le déserteur, mérite que l’on s’y attarde. Finalement, lui seul semble avoir tout compris.

Qui a osé dire que les albums, c’est pour les bébés ? Lisez Rapaport et on en reparlera. Lisez 10 petits soldats, lisez Un homme. Faites lire Rapaport à des collégiens, ils vous riront peut-être au nez en voyant l’ouvrage mais ils vont vite comprendre que ce n’est pas une blague (j’ai fait lire Un homme à des 5ème, ça les a sacrément secoués). Tant qu’on est dans les références d’albums pour grands, vous pouvez rajouter Le phare des sirènes, de Rascal et Régis Lejonc, un des plus beaux albums sortis ces dernières années. C’est juste de la littérature. Il n’y a rien à rajouter.

10 petits soldats, de Gilles Rapaport, éditions Circonflexe, 2002. 32 pages. 13,50 euros. A partir de 8 ans.

L’info en plus : Le prochain album de Gilles Rapaport, L'homme invisible, sera un récit une fois de plus engagé sur le quotidien angoissant et riche d'espoir des exilés. L’ouvrage devrait sortir fin août aux éditions Circonflexe. Mon porte monnaie va encore se plaindre…



Lu dans le cadre du challenge Je lis aussi des albums,de Herisson08


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !