mercredi 8 mai 2024

Lebensborn - Isabelle Maroger

« Trouver ses racines, c’est avoir une force pour mieux grandir… Mais aussi se sentir libre de s’en détacher, pour aller vers l’avenir. »

Isabelle Maroger est bouleversée par un cours d’histoire au collège. Elle y apprend que les nazis ont créé pendant la seconde guerre mondiale des Lebensborn, des maternités destinées à la sélection d’enfants blonds aux yeux bleus, notamment en Scandinavie. L’information la touche particulièrement car sa mère, Katherine, est née en Norvège en 1944 et a été adoptée par un couple français deux ans plus tard. Lorsqu’elle interroge sa maman en rentrant à la maison le soir, cette dernière botte en touche. Ce n’est qu’après la disparition des ses parents adoptifs que Katherine se décidera à faire des recherches et qu’elle découvrira qu’elle est bien née dans un Lebensborn, de la liaison d’une norvégienne avec un soldat allemand. Elle ira même jusqu’à retrouver l’identité de sa mère, malheureusement décédée. La rencontre avec son frère, ses sœurs et sa tante reste malgré tout un grand moment d’émotion. Tout l’inverse du voyage en Allemagne pour découvrir un père d’une froideur déstabilisante.

La mère d’Isabelle Maroger avait déjà raconté son histoire dans un livre intitulé « Les racines du silence ». Si sa fille a décidé de s’en emparer à son tour, c’est pour livrer sa propre vision d’un héritage familial douloureux et pour montrer à quel point la génération suivante pouvait être impactée par de lointains événements. Comment grandir avec la révélation d’un tel secret de famille ? Comment gérer sa propre maternité ? Comment avancer sans avoir l’impression de porter un trop lourd fardeau mémoriel ?

Récit au long cours se déroulant sur plusieurs années, cette (en)quête intime et personnelle touche à l’universel. Le travail de mémoire est présenté sans non-dit ni faux-semblant, en toute transparence. Une réflexion sur la transmission aussi sensible que sincère, portée par un trait naïf et vivifiant qui souligne à merveille le large spectre des émotions ressenties par chacun. Au final la recherche des origines se révèlera salutaire pour tous, poussant même Isabelle Maroger à conclure que renouer avec ses racines norvégiennes, « c’est avoir retrouvé quelques pièces de puzzle manquantes à [son] identité, et surtout à [son] cœur. »

Lebensborn d’Isabelle Maroger. Bayard, 2024. 220 pages. 22,00 euros.


Toutes les BD de la semaine sont chez Fanny








21 commentaires:

  1. Je veux lire cet album depuis sa sortie mais le trait me rebute un peu à chaque fois que j'ai l'occasion de le feuilleter.

    RépondreSupprimer
  2. (Mon côté éternelle indécise)

    RépondreSupprimer
  3. je vais regarder s'il est à la bibli!

    RépondreSupprimer
  4. Je regarde également s'il est à la médiathèque. Il y a beaucoup d'ouvrages de fiction ou de témoignages sur ce sujet, en ce moment. J'avais lu "Max" de Sarah Cohen-Scali, troublant et fort!

    RépondreSupprimer
  5. je note ce titre, merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
  6. ça a l'air intéressant et bouleversant... Je ne connaissais pas cette autrice qui semble avoir débuté avec des albums pour tout-petits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne la connaissais pas non plus avant de lire cet album.

      Supprimer
  7. Il est dans ma PAL suite à ma rencontre avec l'autrice au Festival du Livre Paris (un moment très fort!) et je compte bien le lire ce mois!

    RépondreSupprimer
  8. J'aimerais bien découvrit cet album. Je le note pour la médiathèque.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai grande envie de le lire depuis sa sortie, et l'ai demandé à la bibli départementale, plus qu'à attendre qu'il arrive !

    RépondreSupprimer
  10. C'est intéressant cette dichotomie entre les traits un peu enfantin et la lourdeur du lebensborn.

    RépondreSupprimer
  11. C'est fascinant cette histoire du "lebensborn", j'ai écouté justement dernièrement un autre témoignage sur un podcast de "les pieds sur terre", ça m'a vraiment intéressée !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !