jeudi 30 novembre 2023

Les infortunes de la vertu - Sade

Les infortunes de la vertu est un conte philosophique écrit par Sade en 1787, pendant son emprisonnement à la bastille. Il y aura deux variations postérieures à cette première mouture. La seconde date de 1791 et s’intitule Justine ou Les malheurs de la vertu. La dernière est publiée en 1797 sous le titre La nouvelle Justine ou les Malheurs de la vertu. Chaque nouvelle version gagne en épaisseur et en détails sordides. Il faut dire que la pauvre Justine en subit des outrages. Contrairement à sa sœur Juliette, libertine et immorale, elle souhaite par-dessus tout rester vertueuse. Dénuée de toutes ressources suite au décès de ses parents, elle va successivement tomber entre les mains d’un marchand cruel, d’une mère maquerelle, d’un adepte de la luxure parricide, d’un chirurgien sadique, de prêtres libidineux amateurs d’orgies et d’un faux-monnayeur esclavagiste. Rien que ça !

A chaque rencontre, la jeune femme creuse un peu plus le sillon de l’infortune, à chaque rencontre elle veut mettre en application une forme de vertu (pudeur, pitié, honnêteté, bienfaisance) et s’en trouve punie. Le texte se répète de façon mécanique et le lecteur sait d’avance qu’en sortant d’une terrible épreuve Justine va plonger la tête la première dans une nouvelle séquence encore plus traumatisante. Le message est clair, la vertu est une soumission à Dieu et aux hommes qui n’apporte dans son sillage que le malheur. 

Cette redondance dans les situations rend la lecture monotone et sans surprise, à tel point que l'on finit par ne plus éprouver la moindre compassion à l'égard de cette cruche de Justine dont l'obstination à vouloir le bien exprime une candeur godiche. Devant tant de naïveté et de manque de lucidité face aux réalités d'un monde sans pitié pour les vertueux, le lecteur n'a qu'une seule envie, lancer avec force et conviction un tonitruant : Voyons Justine, un peu de vice, que diable !

Les infortunes de la vertu de Sade. 10-18, 1993. 186 pages. 7,00 euros.



le rendez-vous des Classiques c'est fantastique s'invite ce mois-ci au 18e siècle.
Les liens de tous les billets proposés seront à retrouver chez Moka







4 commentaires:

  1. C'est ce que je reproche un peu à cet auteur : la redondance des situations.

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu en partie il y a longtemps, j'avais trouvé ça assez longuet...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu Justine ou Les malheurs de la vertu et voulais le relire pour le challenge mais j'ai bien fait de m'abstenir...je pense que je me serai ennuyée :-)

    RépondreSupprimer
  4. L'ourse bibliophile9 décembre 2023 à 16:44

    J'avais lu La philosophie dans le boudoir il y a très longtemps et j'y avais trouvé quelque chose de très mécanique dans cette alternance de discussions philosophiques et ces scènes de sexe très détaillées et finalement un peu froides. Ça ne m'avait pas donné très envie d'approfondir et ton avis me conforte dans cette idée...

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !