vendredi 5 avril 2019

Court vêtue - Marie Gauthier

Félix débarque chez le cantonnier du village pour entamer son apprentissage. Un village écrasé de chaleur et une maison qui sera la sienne pour quelques mois. En plus de son patron, il va vivre sous le même toit que la fille de ce dernier, Gilberte. A seize ans la gamine travaille chez l’épicier. Félix découvre qu’elle s’éclipse souvent avec des hommes, toujours différents. Pour le garçon Gilberte devient un objet de fascination. Il se doute de ce qu’elle fait avec ces hommes et s’il n’en espère pas autant, il aimerait au moins qu’elle partage quelques moments avec lui. Fébrile, en quête du moindre signe, Félix vit dans l’attente d’un éventuel rapprochement à venir.

Un premier roman bien écrit, rien à redire là-dessus, mais pour le reste et en ce qui me concerne du moins, ce sera un grand bof. Le sujet est vu et revu cent fois, j’avais deviné la fin au bout de 30 pages et j’ai cherché en vain la montée de tension sexuelle qui aurait accéléré ma pression sanguine. Félix est un ado naïf et mou comme une chique et Gilberte, malgré les apparences, froide comme un glaçon. L’un comme l’autre n’ont suscité chez moi ni empathie ni intérêt, ce qui est quand même fort dommage.

Un texte sans prétention mais sans envergure. Bien écrit donc, mais prévisible. Qui se voudrait chargé d'un érotisme à la fois suggestif et sulfureux mais qui se révèle au final aussi excitant qu'un discours de François Fillon sur la dette publique. Un mauvais signe qui ne trompe pas, j’ai mis un temps fou à avaler ses 100 petites pages. D’ailleurs, s’il y en avait eu 50 de plus je ne serais pas allé au bout je pense.

On va dire que c’est un rendez-vous manqué entre ce livre et moi, ce n’est pas bien grave, ça arrive. Je lui souhaite évidemment bon vent et je me réjouis pour cette jeune auteure de le voir dans la liste des sélectionnés pour le Goncourt du premier roman. Personnellement je ne l’y aurais pas mis mais il va de soi que l’on ne me demande pas mon avis sur ce genre de question et il va de soi que c’est une bonne nouvelle pour tout le monde.

Court vêtue de Marie Gauthier. Gallimard, 2019. 105 pages. 12,50 euros.

14 commentaires:

  1. Comment ?! On ne te demande pas ton avis pour la liste du Goncourt ? Scandaleux ;-) Sinon, le prénom Gilberte n'a rien de sexy quand même ...

    RépondreSupprimer
  2. mdr ! revoilà mon Jérôme ! bon je rigole en imaginant Fillon en plein discours susciter un quelconque érotisme .. moi rien qu'au prénom Gilberte, j'avais perdu de vue la possible histoire érotique ! Pour les Goncourt, je ne les lis jamais non plus !

    RépondreSupprimer
  3. Au moins en voilà un qui n'encombrera pas me listes.

    RépondreSupprimer
  4. Et bien, ça, c'est fait. De toute façon, je n'aurais été guère attirée par ce titre, même si tu n'en avais pas parlé.

    RépondreSupprimer
  5. Ahaha j'adore ton paragraphe de conclusion ! Aaah mais comme j'aime ne pas être tentée et ne pas avoir à résister du tout.^^

    RépondreSupprimer
  6. Moi, j'adore tes avis, et celui-ci m'a bien fait rire ! Et tant pis pour ces messieurs-dames du Goncourt :-))

    RépondreSupprimer
  7. Tu me fais rire 😄. Que 100 pages et aucun intérêt ! On oublie très vite alors !

    RépondreSupprimer
  8. Deviner la fin après 30 pages? Non merci!

    RépondreSupprimer
  9. et c'est un tort de ne pas te demander ton avis, qu'on se le dise!!

    RépondreSupprimer
  10. Mouiii... il ne me tentait pas, voilà qui ne changera rien pour moi ! (mais tu fais bien de ne pas mâcher tes mots !)

    RépondreSupprimer
  11. Deviné la fin au bout de 30 pages ? Ca fait léger, en effet.

    RépondreSupprimer
  12. Passons donc. Sans le moindre regret.

    RépondreSupprimer
  13. Enfin un commentaire où je me retrouve concernant ce roman un peu fade. Je n'ai pas compris l'emballement de certains.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !