vendredi 11 novembre 2011

Asdiwal : L'indien qui avait faim tout le temps, de Jean Patrick Manchette et Loustal

Manchette et Loustal - © Gallimard 2011
Asdiwal fait partie de la tribu des Tsimshians. Ces indiens qui vivent au Canada, à la frontière de l’Alaska, ressemblent aux esquimaux. Ce que préfèrent les Tsimshians, c’est chasser l’ours et les chèvres sauvages. Ils pêchent aussi des phoques et des morses dont ils aiment la chair grasse. Chez ces gros mangeurs, beaucoup d’adultes deviennent obèses et n’arrivent plus à voir leurs mocassins lorsqu’ils regardent leurs pieds.

Le père d’Asdiwal, qui est un peu magicien, lui a un jour donné des armes enchantées pour attraper les ours. C’est ainsi que le petit garçon est parti à la chasse. Mais l’ours qu’il a poursuivi s’est échappé en grimpant à une échelle  montant tout droit dans les nuages. Asdiwal a suivi l’ours et s’est retrouvé devant Étoile du soir qui n’était autre que la fille du Soleil. Ce dernier, n’a pas apprécié de voir sa descendance fricoter avec un godelureau. « Aussi, pour voir si c’était un bon petit garçon ou une vilaine carne, l’obligea-t-il à toute une série d’épreuves très difficiles… »

Asdiwal est à ma connaissance la seule incursion de Manchette du coté de la littérature de jeunesse. Cette histoire rédigée au cours de l'été 1966 à Paris était destinée à son fils, alors en vacances en Provence. Ce texte pour le moins décousu n’était donc au départ pas prévu pour être diffusé auprès du grand public. Les aventures d’Asdiwal s’enchaînent sans véritable cohérence. Seules semblent compter les nombreuses péripéties qui relancent l’intrigue. Au final, grâce à la truculence de l’auteur, on suit avec plaisir le long chemin qui fera du jeune indien un mari heureux (et obèse !). Le ton est familier et l’humour présent dans de nombreuses tournures de phrases. Un joyeux bazar qui révèle une belle inventivité et qui n’a d’autre but que de divertir le petit lecteur auquel il s’adresse.

Du coté des illustrations, même si j’ai souvent du mal avec le style très raide de Loustal, il me faut reconnaître que son travail est ici parfaitement adapté aux tribulations d’Asdiwal.
Un album à lire à voix haute. La richesse de la langue provoquera les éclats de rire et emportera à coup sûr l’adhésion de l’auditoire.


Asdiwal : L’indien qui avait tout le temps faim de Jean-Patrick Manchette et Loustal, Gallimard Jeunesse, 2011. 48 pages. 14,00 euros. A partir de 5 ans.

Manchette et Loustal - © Gallimard 2011

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !