mardi 17 septembre 2019

Sans un mot - Romuald Giulivo

Six heures. Six heures dans la vie de Dinah, 15 ans. Du moment où elle enlève le petit Mihran devant son école jusqu’au moment où…

Dinah ne supporte pas le sort des migrants. Elle ne supporte pas de voir des policiers aller chercher des enfants en situation irrégulière dans leur classe pour les renvoyer « chez eux ». Enlever Mihran est le seul moyen de le soustraire au triste sort qui l’attend. Parvenue à ses fins, la jeune fille s’enfuit, d’abord dans le métro. Main dans la main avec le petit garçon, elle erre ensuite dans un centre commercial avant de rentrer chez elle. Ses parents sont en voyage, son grand-père va l’attendre pour manger. Mais peu importe. Dans la tête de Dinah tout se bouscule. Se cacher, passer pour une grande sœur avec son petit frère. Et ne pas penser à la suite, ne pas penser à ce qui les attend, elle et lui, après.

Il est bizarre ce petit roman. Très bizarre. On se demande ce qu’il se passe, on se demande dans quelle direction on nous emmène. Rapidement on comprend que l’enlèvement mis en œuvre par Dinah n’est pas aussi clair qu’elle voudrait nous le faire croire. Son comportement est étrange, son discours parfois confus, le portrait qu’elle dresse de ses parents est plutôt inquiétant et la réaction de son ex-petit ami lorsqu’il apprend son geste confirme qu’il y a chez elle un truc qui ne tourne pas rond.

Malgré tout rien n’est affirmé clairement, on navigue à vue, en plein brouillard. Plus qu’une tension montant crescendo c’est une sorte de malaise qui se diffuse au fil des pages, on ne sait plus si Dinah œuvre pour sauver un migrant ou si elle est une gamine paumée en mal de petit frère. Au final la surprenante conclusion remet les pièces du puzzle en place et conclut le récit sur une note positive qui n’a rien d’artificiel. Troublant et dérangeant comme j’aime !

Sans un mot de Romuald Giulivo. L’école des loisirs, 2019. 75 pages. 12,00 euros. A partir de 12-13 ans.


Une pépite jeunesse évidemment partagée avec Noukette




11 commentaires:

  1. hum pas sure que je m'y frotte , la peur qu'on me vole un enfant a fait partie de mes angoisses de mère

    RépondreSupprimer
  2. Mais cette atmosphère particulière plaira-t-elle aux 12-13 ans ?

    RépondreSupprimer
  3. du coup avec le malaise, est-il fait pour les ados ? il y a eu aussi une adolescente qui est partie avec deux petits cet été avant d'être retrouvée.. la mère lui avait parait-il confiée ses enfants alors qu'elle venait de la rencontrer à gare.. étrange écho !

    RépondreSupprimer
  4. Envie d'en savoir plus du coup ^^

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais pas... Pour des 12-13 ans cela me semble un peu dur non?

    RépondreSupprimer
  6. Ce serait pas un peu trop bizarre pour moi ?

    RépondreSupprimer
  7. Je viens de lire l'avis de Noukette. Vous semblez avoir apprécié cette lecture mais le côté dérangeant me freine un peu.

    RépondreSupprimer
  8. Dérangeant et du coup pas trop dur à comprendre pour des collégiens ?

    RépondreSupprimer
  9. Dérangeant oui, je suis contente d'avoir laissé poser avant d'écrire un billet sur ce roman. Je me demande maintenant vont l’accueillir les élèves...

    RépondreSupprimer
  10. Je ne lis jamais de lecture ado, mais ça m'intrigue.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !