mercredi 20 mars 2019

Bolchoi arena T1 : Caelum incognito - Boulet et Aseyn

Imaginez un lieu où à peu près tout est possible, un lieu peuplé de planètes lointaines, d’inventions futuristes, de vaisseaux spatiaux et de villes tentaculaires dans lequel vous pouvez naviguer à votre guise depuis votre lit ou votre canapé, en enfilant un casque virtuel. Ce lieu s’appelle Bolchoi Arena et est devenu l’espace de jeu le plus populaire du monde. Marje, étudiante en astrophysique, va y faire ses premiers pas, guidée par son amie Dana. Très vite elle comprend à quel point l’univers de Bolchoi Arena constitue un champ d’exploration sans limite à la hauteur de sa passion pour les astres. Elle y fait d’emblée preuve d’une dextérité surprenante, quitte à s’attirer les foudres de joueurs chevronnés voyant d’un mauvais œil débarquer cette novice aux dents longues.
Évidemment, un monde virtuel aussi fascinant rend vite les utilisateurs accros, les coupant chaque jour davantage de la réalité quotidienne. Pour Marje, cela signifie moins de temps pour les études et moins de temps pour son amoureux Colin...

Boulet s’amuse comme un fou avec ce Bolchoi Arena. Il faut dire qu’une telle invention lui offre un terrain de jeu sans limite. C’est d’ailleurs le petit bémol de ce premier tome qui ne fait que mettre en place les éléments : on s’éparpille pas mal et on laisse en suspens bien des questions sans trop creuser la psychologie des personnages. Logique pour un tome d’exposition mais la série étant prévue pour être une trilogie, il va falloir se recentrer sur un fil conducteur plus épais pour ne pas rester dans l’anecdotique. Heureusement la toute fin de ce premier opus semble aller dans ce sens.

Niveau dessin, je suis fan du trait de Aseyn, clairement inspiré de Katsuhiro Otomo, le dessinateur d’Akira et de Masamune Shirow, celui de Ghost in the Shell et Appleseed. Les couleurs pastel et le petit côté vintage de son univers graphique ont un charme fou qui me ramène à ma découverte émerveillée du manga au début des années 90 (ben oui, ça remonte à loin, je ne suis plus tout jeune que voulez-vous).

Une nouvelle série SF prometteuse où la réalité virtuelle vient télescoper le réel. Si le scénario se densifie et que le dessin reste à un tel niveau, la trilogie à venir s’annonce comme une incontournable du genre !

Bolchoi arena T1 : Caelum incognito de Boulet et Aseyn. Delcourt, 2018. 164 pages. 23,95 euros.




Les BD de la semaine sont à retrouver chez Stephie.










18 commentaires:

  1. je ne suis pas du tout tentée ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Bon, je comprends ton enthousiasme mais j'avoue que le mien est très modéré face à cette nouvelle série !

    RépondreSupprimer
  3. Boulet est un incontournable de notre bibliothèque familiale, celui-ci ne devrait pas tarder à venir alourdir davantage encore les planches déjà chargées... ;)

    RépondreSupprimer
  4. Voilà qui pourrait plaire à mon fils, fan de SF (contrairement à moi). Je note la trilogie...

    RépondreSupprimer
  5. ta SF du jour a l'air mieux que la mienne :D

    RépondreSupprimer
  6. Le dessin me plaît beaucoup et tu as attisé ma curiosité !

    RépondreSupprimer
  7. Bon je vais attendre la suite avant de ma lancer

    RépondreSupprimer
  8. Comme Gambadou je vais attendre la fin pour savoir si je me lance. Tu as trop de bémols sur ce premier tome.

    RépondreSupprimer
  9. Pas ma tasse de thé à priori...

    RépondreSupprimer
  10. D'emblée j'aurais dit non, et puis pourquoi pas après tout!

    RépondreSupprimer
  11. Bon, à voir quand le 3è tome paraîtra.:)

    RépondreSupprimer
  12. Je vais passer mon tour cette fois-ci

    RépondreSupprimer
  13. L'histoire me tente bien, le dessin beaucoup moins.

    RépondreSupprimer
  14. Ouf... non, je ne suis pas certaine que ce soit pour moi. Je pensais que Bolchoi avait un rapport au ballet! Oups, on dirait que non!

    RépondreSupprimer
  15. Oups... non, c'est le genre d'histoire qui ne me tente pas trop!

    RépondreSupprimer
  16. Moi et la SF c'est compliqué, et là je ne suis pas spécialement emballée...

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !