mercredi 16 janvier 2019

Cachemire - Rubén del Rincon

Au printemps 1982, en catalogne, l’usine de textile d’Agustin ferme ses portes pour raisons économiques. Ce dernier, sachant qu’il ne trouvera pas de travail ailleurs, persuade ses collègues de se regrouper en coopérative pour racheter les locaux et le matériel de production. En attendant la vente aux enchères, les ouvriers tentent de réunir des fonds et s’organisent pour protéger les lieux nuit et jour afin d’empêcher les vols de câbles et de machines. L’album relate leur difficile combat pour subvenir aux besoins de leur famille et garder leur dignité de travailleur, entre espoir, coups durs et solidarité sans faille.

Rubén de Rincon s’inspire de son histoire personnelle et rend hommage à son père dans ce récit plein de vie. Un hommage tendre mais sans complaisance dans lequel il se met lui-même en scène à une époque où il n’était qu’un enfant. Loin de tout militantisme, le récit montre des prises de position bien plus pragmatiques que politiques. Et force est de constater qu’ils sont touchants ces hommes prêts à tout pour garder leur emploi et défendre leur savoir-faire. Touchants de naïveté, de maladresse et de volonté à toute épreuve.

Le dessin souple et le découpage dynamique donnent un rythme sans temps mort à cette histoire pétillante qui ne sombre jamais dans la déprime. C’est simple, si j’osais une comparaison je dirais que c’est aussi frais qu’un épisode des Beaux étés. Une plongée joyeuse et ensoleillée dans l’Espagne des années 80 ça ne se refuse pas, surtout au cœur de la grisaille hivernale !

Cachemire de Rubén del Rincon. Éditions du Long Bec, 2018. 110 pages. 19,00 euros. 





Les BD de la semaine sont à retrouver chez Stephie.






26 commentaires:

  1. Tu as choisi les bons mots, noté !

    RépondreSupprimer
  2. La comparaison finit de filer envie ;) Bravo !

    RépondreSupprimer
  3. la comparaison avec les beaux étés est attirante ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Intéressant ! Merci pour la découverte (de l'album et de la maison d'édition).

    RépondreSupprimer
  5. Je ne l'ai pas vu passer cette BD, tu me rends curieuse, j'irai voir.

    RépondreSupprimer
  6. Il faudrait déjà que je lise Les beaux étés...

    RépondreSupprimer
  7. Okokok je n'ai aucune résistance à ce genre d'argument !

    RépondreSupprimer
  8. à chaque fois je me dis qu'il y a beaucoup trop de BD qui sortent !! En tout cas celle-ci me tente !!

    RépondreSupprimer
  9. Oh oui, ça ne se refuse pas (qu'il fait griiiiis en ce moment !^^). Merci, je note pour jeter un oeil sur le catalogue de ma médiathèque.

    RépondreSupprimer
  10. Le thème ne semble pas très gai mais ta comparaison me dit que je dois tester .

    RépondreSupprimer
  11. Elle a tout pour me plaire cette BD même si le graphisme ne m'attire pas vraiment...

    RépondreSupprimer
  12. J'aime bien le thème, un peu moins le graphisme mais pourquoi pas si je tombe dessus.

    RépondreSupprimer
  13. Aaah BD espagnole ? Je note tout de suite, d'autant plus que les thématiques me parlent beaucoup !

    RépondreSupprimer
  14. Bon, on va commencer par Les Beaux étés pour voir si j'aime... et je verrai pour celle-ci. Parce que de prime abord, je ne suis pas full tentée malgré le fait que tu en parles très bien.

    RépondreSupprimer
  15. C'est frais et en même temps le thème à l'air assez dur

    RépondreSupprimer
  16. J'adore ta comparaison avec les Beaux étés, forcément!

    RépondreSupprimer
  17. Je ne connaissais pas mais je suis tentée!

    RépondreSupprimer
  18. Intéressant ! Je crois n'avoir jamais vu cet album avant, donc je le note !

    RépondreSupprimer
  19. Pourquoi pas ? La comparaison finale fait envie !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !