samedi 24 novembre 2018

Darktown - Thomas Mullen

Atlanta, 1948. Depuis trois mois, Lucius Boggs et Tommy Smith sont les premiers policiers noirs de la ville. Des policiers pas comme les autres, cantonnés aux quartiers de leur communauté, obligés de patrouiller à pied, ne pouvant appréhender un contrevenant blanc, interdits de séjour au commissariat central de la ville, leurs bureaux relégués dans le sous-sol d’un immeuble insalubre. Des policiers ayant conscience de leur statut de pionniers et de la nécessité de se montrer exemplaires, mais sachant aussi qu’ils se promènent avec une cible accrochée dans le dos et que le premier conducteur blanc qui leur foncera dessus et les laissera sur le carreau sera acquitté en plaidant le simple accident.

Au mieux dénigrés, au pire haïs par leurs collègues blancs, Lucius et Tommy savent rester à leur place. Sauf le jour où une jeune métisse est retrouvée morte dans un terrain vague. Se rappelant l’avoir vue quelques jours plus tôt assise dans la voiture d’un homme s’étant montré particulièrement agressif avec eux, les deux policiers décident d’élucider le meurtre, même si le règlement leur interdit de mener des investigations et bien que leur supérieur semble pressé de classer l’affaire. Une enquête officieuse qui va mettre en danger leur carrière et surtout leur vie.

Un roman qui éclaire un pan méconnu de l’histoire américaine et ne peut que mettre en colère. Impossible de rester insensible au traitement réservé à ces policiers humiliés pour leur couleur de peau. Au-delà de leur propre cas, on découvre au fil des pages les comportements innommables d’une population  blanche n’ayant finalement jamais tiré un trait définitif sur l’esclavage. Comme chez Ray Celestin (Carnaval et Mascarade), l’enquête vaut moins que le contexte dans lequel elle se déroule et tout l’intérêt tient dans les aspects politiques et historiques que Thomas Mullen insère à merveille dans son récit.

Premier tome d’une série dont le second est sorti l’an dernier aux Etats-Unis, Darktown est l’archétype du roman policier moderne, très documenté et solidement charpenté, reposant sur un duo de héros récurrents que les lecteurs ont plaisir à retrouver. Aussi efficace que révoltant.

Darktown de Thomas Mullen (traduit de l’anglais par Anne-Marie Carrière). Rivages, 2018. 425 pages. 22,00 euros. 






16 commentaires:

  1. Jolie couverture... et j'étais convaincue dès ton premier paragraphe, car voilà une thématique qui m'interpelle !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis fan de la couverture, j'ai adoré aussi Carnaval et Mascarade, autant dire que je suis cliente !
    (mais "impossible de ne pas rester insensible" ou "impossible de rester insensible" ?) ;-)

    RépondreSupprimer
  3. j'avais aimé Carnaval de Célestin et la comparaison me plaît. Noté!

    RépondreSupprimer
  4. De la belle ouvrage, si j'ai bien compris, donc tentant.

    RépondreSupprimer
  5. Oh la la ça me tente fort ça, pour le sujet bien sûr !

    RépondreSupprimer
  6. La condition des personnes noires de peau aux Etats Unis m'a toujours intéressée ...

    RépondreSupprimer
  7. Je sens le bon gros polar bien pour moi, là ....

    RépondreSupprimer
  8. Un policier comme je les aime, on dirait !

    RépondreSupprimer
  9. Il vient de rejoindre ma pal. Je suis d'autant plus ravie qu'il t'ait plu! Ça promet.

    RépondreSupprimer
  10. Un roman policier qui a tout pour me plaire donc !

    RépondreSupprimer
  11. c'est noté, le sujet m'intéresse fortement !

    RépondreSupprimer
  12. Je ne suis pas beaucoup branché polar, mais celui-ci, rien que pour le contexte, je suis certain que ça va le faire...

    RépondreSupprimer
  13. Un livre qui vaut certainement le détour rien que pour sa thématique et le contexte de son histoire. Je me le note celui-là. Ah oui, tiens, faut que je poursuive avec Ray Celestin !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !