mardi 2 octobre 2018

Ce soir je le fais / Ce soir je le quitte - Cathy Ytak

C’est une soirée entre ados comme tant d’autres. L’alcool, la musique, les hormones en surchauffe. Simon se prépare à y aller avec enthousiasme, persuadé qu’il va y connaître sa première fois avec la jolie Méline. Sa meilleure amie Emma, l’hôte du jour, pense elle aussi qu’il va atteindre son but. D’ailleurs elle a changé les draps dans la chambre où les tourtereaux sont sensés passer la nuit. Pour Emma, la fête a également son importance. Ce soir elle est décidée à quitter Loïc. Entre eux il n’y a que le sexe qui compte. Et sans les sentiments, la jeune fille sait que cette relation ne la mènera nulle part. Il lui faut juste trouver le bon moment. Et espérer que Loïc va bien prendre la chose.

Je suis toujours bluffé par la facilité avec laquelle Cathy Ytak parvient à se mettre dans la peau des ados. Et dans leur tête, surtout. Elle dit l’intime avec une justesse et une pudeur qui forcent l’admiration. Sans langue de bois, elle pousse Simon et Emma dans leurs retranchements, soulève des interrogations existentielles typiques de cet âge où l’on tâtonne, où l’on se cherche, où l’on expérimente, entre petites défaites et grandes victoires, l’incertitude chevillée au corps. Ainsi Emma, consciente que Loïc est son premier mec, se demande si c’est le bon : « Qui c’est qui va me dire : arrête-toi là, t’auras pas mieux ? Et si c’était mieux ailleurs ? Qu’est-ce que j’en sais ? Rien. »

Le récit fonctionne en miroir dans une sorte de recto-verso où Simon et Emma prennent tour à tour la parole pour raconter leur soirée. Certains événements sont vécus en commun et même si les points de vue diffèrent, la chute les réunit et boucle magistralement la boucle. Un superbe texte, qui prouve s’il en était encore besoin que les élans du corps ne sont pas forcément ceux du cœur.

Ce soir je le fais / Ce soir je le quitte de Cathy Ytak. Rouergue, 2018. 65 pages. 8,50 euros. A partir de 14 ans.



Une pépite jeunesse partagée comme chaque mardi avec Noukette








11 commentaires:

  1. Est-ce que dans un livre s'adressant à des jeunes, il n'est pas possible d'écrire Qui va me dire ? au lieu de Qui c’est qui va me dire ?
    J'avoue que ça me gêne...

    RépondreSupprimer
  2. bon pas trop pour moi mais c'est important qu'une littérature ado existe, comme Kathel je préfère la savoir bien écrite.

    RépondreSupprimer
  3. Une auteure jeunesse qui ne déçoit pas.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré ce texte et ces deux voix qui se font écho...! Elles résonnent encore en moi !

    RépondreSupprimer
  5. J'adore Cathy Ytak... Inutile de dire que ce roman passera par moi,!

    RépondreSupprimer
  6. Je ne connais pas Cathy Ytak mais je vais m'y intéresser...

    RépondreSupprimer
  7. Moi, je ne le donnerais pas à partir de 14. Je dirais 15 voire 16.

    J'ai aimé le style, l'écriture, etc. Mais je n'ai pas spécialement embarqué avec les personnages.

    RépondreSupprimer
  8. C'est noté ! Il me tente, c'est un art en soi de bien parler de l'adolescence je trouve !

    RépondreSupprimer
  9. Bon, pas trop mon genre de litté ado, comme tu sais.^^

    RépondreSupprimer
  10. J'ai aimé mes lectures précédentes de Cathy Ytak, mais là, le récit me semble bien court... 65 pages pour les deux voix, c'est bien cela ?

    RépondreSupprimer
  11. Pourquoi pas ? Je le note pour la bib.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !