dimanche 8 juillet 2018

Smith et Wesson - Alessandro Baricco

Smith et Wesson. Un duo qui fait penser aux fameux marchands d’armes. Sauf que pas du tout. On parle ici de Tom Smith et Jerry Wesson, qui se rencontrent pour la première fois en 1902, au bord des chutes du Niagara. Le premier est météorologue amateur, le second récupère les cadavres de suicidés dans les tourbillons des rapides. A leur duo va venir se greffer la jeune Rachel, journaliste débutante débarquant de San Francisco pour leur proposer de l’aider à se jeter à l’eau dans le but d’en mettre plein la vue à son rédacteur en chef. Les deux hommes, d’abord réticents, vont finir par accepter et par tout mettre en œuvre pour que l’expérience inédite imaginée par Rachel soit couronnée de succès.

Baricco peut se permettre de faire ce qu’il veut. On dirait qu’il a eu envie de se lancer un défi avec cette pièce en deux actes. Un défi consistant à écrire du théâtre qui se lirait comme un roman, à imaginer que l’on va faire couler sur scène des millions de litres d’eau, que le bruit sera tellement étourdissant que les acteurs devront hurler pour se faire entendre, que les décors seront aussi impressionnants que difficile à créer. Avouons-le, le lecteur se fiche un peu de cette machinerie folle. Il prend plaisir à découvrir cette histoire farfelue, il se délecte des savoureux dialogues, des passages proches de l’absurde, des personnages haut-en-couleur. Et il lit le texte comme un roman, sans imaginer une seconde assister à une représentation théâtrale.

Clairement, ce n’est pas le livre le plus profond et le plus puissant de Baricco. Je le vois surtout comme un divertissement, certes sans prétention, mais tout sauf bâclé. Après tout, il va de soi qu’un auteur aussi talentueux ne baisse jamais la garde, même quand il donne dans davantage de légèreté.
 
Smith et Wesson d’Alessandro Baricco. Gallimard, 2018. 156 pages. 16,00 euros.


Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Noukette !






30 commentaires:

  1. je n'en avais pas encore entendu parler de celui là! Peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a tellement à lire il faut dire.

      Supprimer
  2. Je n'ai lu que "Soie", une très belle histoire. Je vais lire l'avis de Noukette avant de noter ce titre...
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne changeras pas d'avis après avoir lu son billet je pense ;)

      Supprimer
  3. La balade était rafraichissante, un régal ! Baricco arrive toujours à nous surprendre... et on en redemande !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur qui ne déçoit jamais.

      Supprimer
  4. tss tss tssss, ne me gâche pas tout, j'ai prévu de le lire d'ici quelques jours-semaines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hâte de savoir ce que tu vas en penser !

      Supprimer
  5. Oooh je sens que c'est un Baricco comme j'aime, du même acabit que City et Océan Mer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Baricco restera toujours Baricco, hein ;)

      Supprimer
  6. D'autres chronique sont moins enthousiastes... Mais, je me le lirais bien quand même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour te faire ta propre idée il n'y a rien de mieux.

      Supprimer
  7. je n'ai pas encore lu cet auteur ou je l'ai oublié (c'est pire!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne l'aurais pas oublié si tu l'avais lu je pense.

      Supprimer
  8. Je n'avais pas été enthousiasmée par Soie. Et celui-ci, avec ce que vous en dites, Noukette et toi, je suis certaine qu'il n'est pas pour moi.

    RépondreSupprimer
  9. Toujours pas lu et je pense que je vais continuer à faire de même.

    RépondreSupprimer
  10. Des avis plutôt ... différents au masque et la plume de dimanche derneir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien je trouve quand un livre divise ;)

      Supprimer
  11. Baricco me plait autant qu'il m'ennuie... j'ai lu quelques uns de ses livres qui m'ont énormément plu et certains qui m'ont laissée de marbre. Je ne crois pas tenter avec celui-ci.

    RépondreSupprimer
  12. Une idée de départ originale, en tout cas.

    RépondreSupprimer
  13. Tu ne me donnes pas tellement envie, je vais rester sur l'impression fabuleuse laissée par Mr Gwyn.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je te comprends. Mr Gwyn, c'est quelque chose !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !