vendredi 29 juin 2018

En attendant Bukowski - Pascal Dessaint

Il y a celui qui pense à autre chose en pleine fellation, qui se retient parce qu’elle lui a dit qu’elle voulait le garder longtemps dans sa bouche.

Il y a celui à qui on a annoncé la fin du monde qui se cloître dans son appartement avec sa femme obèse.

Il y a ceux qui discutent des catastrophes à venir en mangeant des huitres.

Il y a celui qui monte dans un train avec une arme et se demande sur quelle personne il va tirer en premier parmi celles assises dans son compartiment.

Il y a ceux qui, après avoir tué le voisin du dessus, vont s’enfuir en voiture et semer la désolation derrière eux.

Il y a celui qui va perdre sa femme, ses meubles et sa raison.

Il y a celle qui se suicide sous les yeux de son amant.

Il y a celui qui repense à cette orgie où la jeune fille de 16 ans a été étranglée.

Il y a celle qui, peu à peu, va préférer un éléphant à son mec.

Il y a ceux qui se retrouvent après trente ans pour vider leur sac et secouer les secrets de familles.

Il y a ceux tout droit sortis d’une nouvelle de Bukowski qui attendent leur mentor en descendant des bières.

Et au milieu de tous ces personnages, il y a Pascal Dessaint (un auteur que j’ai découvert récemment grâce à Emma) dont l’univers me va comme un gant. Ce recueil regroupe des nouvelles publiées entre 1993 et 2015. Leur point commun ? Une noirceur dégoulinante mâtinée d’une bonne dose de provocation. Du noir serré, amer, sans une once de sucre, aussi amoral que désenchanté (clin d’œil en passant à un récent billet de Valérie).

Ce n’est pas un scoop j’aime ce genre d’ambiances transgressives, j’aime quand on donne dans l’excessif, quand le grotesque le dispute au sulfureux. La mention « Public averti » figure sur la 4ème de couverture. Sans doute un peu exagéré, mais on n’en est pas loin, mieux vaut en effet ne pas être trop fleur bleue pour s’attaquer à ces nouvelles. Vous ne pourrez pas dire pas que je ne vous ai pas prévenus.

En attendant Bukowski de Pascal Dessaint. Éditions SCUP, 2018. 160 pages. 12,00 euros.





16 commentaires:

  1. oh oh ! je ne connais pas cet auteur mais je vais y regarder de plus près !

    RépondreSupprimer
  2. Evidemment lorsque j'ai vu qu'il sortait ce recueil de nouvelles, j'ai tout de suite pensé à toi :) Nous ne l'avons pas encore, mais mon cher et tendre va sûrement se le procurer, je pense avoir donc l'occasion de le lire. (reste à savoir si je vais accrocher à un tel univers).

    RépondreSupprimer
  3. J'aime aussi le transgressif, et ceux qui n'y vont pas avec le dos de la cuillère ! Et j'aime Dessaint... je note, donc !

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que j'aime aussi le transgressif.

    RépondreSupprimer
  5. j'adore les nouvelles mais là .. je ne sais pas, enfin j'ai adoré récemment des nouvelles bien transgressives (the heartbreaker stories, tu sais la voiture en feu..) donc pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est pas que je suis complètement fleur bleue, mais un peu, alors je vais passer ;-) Tu as l'air d'avoir passé un bon moment de lecture en tous cas !

    RépondreSupprimer
  7. Gore-trash ou transgressif? La marge me semble mince.

    Je ne connais pas cette maison. C'est nouveau?

    RépondreSupprimer
  8. whouah, ça m'a l'air bien costaud mais avec un titre pareil, tu ne pouvait qu'aimer:) Et ça pourrait bien me plaire aussi!

    RépondreSupprimer
  9. Pas pour moi mais j'ai aimé lire ton billet ! :-)

    RépondreSupprimer
  10. Ah oui là tu es en plein dans ta zone de confort.^^ Tel que tu le décris, ça pourrait bien me plaire, en tout cas, ça attise ma curiosité. Après, il y a le côté "nouvelles" qui me freine...

    RépondreSupprimer
  11. Si tu viens de découvrir Dessaint, tu vas te régaler avec beaucoup de noir très serré. Je lis moins cet auteur depuis quelques temps, mais ses premiers titres étaient carrément excellents !

    RépondreSupprimer
  12. Figure toi que j'aime aussi l'amoral et le désenchanté, moins les nouvelles mais que tu parviens tout de même à sacrément me tenter.

    RépondreSupprimer
  13. Et Bukowski arrive, finalement ? Parce que lui aussi, c'st un personnage.

    RépondreSupprimer
  14. De la noirceur qui dégouline, je m'en frotte les mains d'avance!

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !