vendredi 1 juin 2018

Braconniers - Tom Franklin

Dans les nouvelles de Tom Franklin la chaleur humide des marécages d’Alabama vous colle à la peau. Dans les nouvelles de Tom Franklin on se réveille au petit matin dans son pick-up avec une gueule de bois carabinée en se demandant ce qu’on a fait la veille. Dans les nouvelles de Tom Franklin le mâle blanc, pauvre et sans emploi, vient de se faire plaquer par sa nana ou va l’être incessamment sous peu. Dans les nouvelles de Tom Franklin on se retrouve dans un bar sombre et enfumé une bière à la main pendant que la voix pleine de gravillons de Calvin Russell sort d’un jukebox. Dans les nouvelles de Tom Franklin on pointe à l’usine, on pêche à la dynamite, on tue les chatons à la carabine, on offre un flingue à l’ami suicidaire ou on part vers l’Alaska.

Forcément, dans les nouvelles de Tom Franklin, je suis comme un poisson dans l’eau. Parce qu’il raconte des histoires d’hommes tristes à pleurer, cruelles, mélancoliques. Parce que son style est direct, sans chichi. Parce qu’on ne donne pas dans l’intime ou la psychologie de comptoir, parce qu’on ne cherche pas le salut ou la rédemption, parce qu’on accepte sa condition sans se faire d’illusion.

Cet ouvrage, réédité pour la première fois vingt ans après sa première publication, vous cueille comme un uppercut à la pointe du menton. La qualité va crescendo et les premières nouvelles, plutôt courtes, sont suivies par des histoires plus longues, plus denses, plus intenses, jusqu’au feu d’artifice final offert par le texte éponyme (près de 100 pages à lui tout seul) qui clôt les débats en apothéose. Aucune fausse note donc, pour ce recueil impressionnant de maîtrise et de puissance.

Braconniers de Tom Franklin (traduit de l’américain par François Lasquin). Albin Michel, 2018. 275 pages. 20,00 euros.



Ce billet signe ma seconde participation (avec un jour de retard !)
au challenge Mai en nouvelles de Marie et Electra







16 commentaires:

  1. Plutôt intéressant : que de belles publications sous la bannière Terre d'Amérique !

    RépondreSupprimer
  2. merci pour ta participation et forcément tu fais fort ! dire que je l'aie vu puis oublié et donc maintenant ....

    RépondreSupprimer
  3. "Dans les nouvelles de Tom Franklin", il faut absolument que je plonge on dirait !!!

    RépondreSupprimer
  4. Mais oui, totalement ton créneau ! Je l'ai vu dès les premières lignes.^^ Moi c'est le côté "nouvelles" qui me freine un peu.

    RépondreSupprimer
  5. que d'éloges! Je suis de moins en moins branchée nouvelles, un genre que j'affectionnais pourtant il y a quelques années...

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir Jérôme !
    Des nouvelles tristes à pleurer ne m'attirent pas plus que ça... Mais je retiens le nom de cet auteur...
    Syl. cœur tendre

    RépondreSupprimer
  7. Des nouvelles, c'est toujours bon à prendre :) même si j'en ai sur mes étagères et que je ne les lis jamais :)

    RépondreSupprimer
  8. j'aime ce billet et ces nouvelles m'attirent .

    RépondreSupprimer
  9. un recueil fait pour toi alors!

    RépondreSupprimer
  10. Pauvres petits chatons ...
    :-S

    RépondreSupprimer
  11. C'est tout bon pour moi, ça. Et tant pis pour les chats, comme ça reste sur papier.
    J'ignorais que c'était une réédition.
    Et merci pour ta double participation. C'est apprécié!

    RépondreSupprimer
  12. J'ai commencé aujourd'hui son roman écrit avec son épouse "Dans la colère du fleuve", si j'aime (et je crois que ça risque bien de me plaire), je me pencherai sur ses nouvelles.

    RépondreSupprimer
  13. tu me donnes furieusement envie !!! merci

    RépondreSupprimer
  14. Bon, tu sais bien, les nouvelles et moi ...

    RépondreSupprimer
  15. 20 ans et toujours aussi percutant. Chapeau à l'auteur.

    RépondreSupprimer
  16. Tu le vends drôlement bien ce recueil, titillée je suis !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !