vendredi 8 juillet 2016

Call-Boy - Ira Ishida

Ira Ishida est un de mes auteurs japonais préférés (avec Ryu Murakami et  Hideo Okuda) depuis la publication de sa série Ikebukuro West Gate Park. Call-Boy, publié au Japon en 2001, met en scène le même type de narrateur que dans Ikebukuro, à savoir un gamin de 20 ans s’exprimant à la première personne.

Ryô, étudiant préférant son travail dans un bar de nuit aux bancs de la fac, est présenté un soir à l'énigmatique Madame Midoh qui lui propose de rejoindre son club privé en tant qu’escort boy pour femmes âgées et fortunées. Après avoir accepté l'offre et passé les tests sanguins de rigueur, Ryô débute sa carrière avec la douce Hiromi, sans vraiment savoir ce qui l’attend. Au fil des rencontres, il va se révéler particulièrement doué pour être à l’écoute et exaucer les demandes parfois singulières de ses clientes, toutes plus différentes les unes que les autres.

Roman initiatique à la froide sensualité, Call-Boy explore la diversité du désir féminin à travers le regard candide et désabusé d’un jeune homme que rien ne semble intéresser. Ryô reconnaît d’emblée que la vie l’ennuie et qu’il se lance dans l’expérience autant par désœuvrement que par curiosité. C’est d’ailleurs ce détachement permanent qui séduit les femmes. « Tu ne laisses pas indifférent » lui dit un jour sa patronne qui ne cesse de recueillir les compliments à son égard. Son activité est totalement hors la loi et lui rapporte une fortune mais il ne se pose aucune question d’ordre éthique ou économique : « Légalité ou illégalité mises à part, je ne savais pas ce que le fait de gagner de l’argent en vendant son corps pouvait entraîner comme conséquence morale. Je savais juste que j’étais fasciné par le désir féminin, au point que la volonté d’en percer tous les secrets m’obsédait. J’ignorais ce qui m’attendait au bout de mes recherches, mais je n’avais aucune envie d’arrêter de me prostituer à ce stade. J’avais l’impression d’avoir à peine ouvert la porte. Je ne pouvais quand même pas la refermer sans avoir jeté un œil à l’intérieur ».

Peu à peu, Ryô va s’ouvrir aux autres, se découvrir, s’épanouir. Une vocation ? Pas si sûr car son amie Megumi, camarade d’université et amoureuse éperdue, va tenter de le ramener dans le droit chemin par tous les moyens. C’est raffiné, parfois cru mais jamais vulgaire. Le rapport à la sexualité est étrange, souvent dérangeant, mais il interpelle et pousse à la réflexion. Un roman libertin atypique et parfaitement mené.

Call-Boy d’Ira Ishida. Picquier, 2016. 250 pages. 19,50 euros.




20 commentaires:

  1. Je n'ai pas accroché à Ikebukuro West Gate park, je n'aime pas non plus Ryu Murakami... je passe donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'a pas les mêmes goût en matière de littérature japonaise alors ;)

      Supprimer
  2. Très envie de découvrir ce titre je dois dire...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça tombe bien, il me semble qu'il est sur tes étagères ;)

      Supprimer
  3. J'aime assez l'univers japonais et que ce soit un roman libertin (genre que je n'ai jamais lu, je sais pas si Anais Nin peut être classée dans ce registre?) m'intéresse! Je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait sans doute une belle découverte pour toi ;)

      Supprimer
  4. Je lis de plus en plus de romans asiatiques en ce moment, et celui-là me dit vraiment bien, tant pour le thème que l'atmosphère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aurais l'occasion de découvrir un nouvel auteur ;)

      Supprimer
  5. On me l'a conseillé, je le lirai peut-être ^^

    RépondreSupprimer
  6. Je ne pense pas le lire même si je suis curieuse de la fin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne compte pas sur moi pour te la révéler :p

      Supprimer
  7. Pas lu un premier mardi ? Attention, tu y prends goût !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il aurait pu convenir sans problème pour un premier mardi, c'est vrai.

      Supprimer
  8. Ah tiens, jamais lu cet auteur japonais, je ne le connaissais pas non plus d'ailleurs. Je m'empresse de le noter, la thématique est spéciale mais je pourrais y trouver mon compte j'ai l'impression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une amatrice de littérature japonaise comme toi, c'est un auteur à connaître.

      Supprimer
  9. Je découvre peu à peu Murakami, chaque chose en son temps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et sa bibliographie est sacrément longue, tu as de quoi faire !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !