mercredi 27 juin 2012

Pablo 1 : Max Jacob

Birmant et Oubrerie © Dargaud 2012 
Le petit Pablo d’avant le grand Picasso, c’est un jeune andalou court sur pattes qui découvre la France à 19 ans au moment de l’exposition universelle de 1900. Avec sa bande de copains et quelques muses rencontrées sur les bords de Seine, Pablo tire le diable par la queue dans des chambres de bonnes crasseuses. Indéfectible optimiste, il connaît un premier succès en 1901 lorsque ses œuvres sont exposées dans une galerie prestigieuse. Mais sous l’influence du poète Max Jacob, Picasso radicalise son œuvre et s’écarte volontairement des standards commerciaux de l’époque, quitte à se retrouver sans le sou. Artiste maudit, il est hébergé quelques temps chez Jacob avant de retourner à Barcelone. L’album se termine alors que Picasso, revenu à Paris, s’installe à Montmartre et rencontre celle qui sera sa première compagne, Fernande Olivier.

Raconter l’ascension de Picasso à travers le point de vue de Fernande est un postulat de départ intelligent. Celle qui fut à la fois l’amante, le modèle et la victime du peintre porte sur lui un regard distancié et critique sans jamais tomber dans l’idolâtrie. Autre point intéressant, le fait que, dans ce premier tome, l’on comprenne à quel point la poésie a joué un rôle majeur dans l’évolution du travail de Picasso. D’artiste plutôt léger et à la mode, il va être profondément influencé par ses lectures poétiques au point de préférer, par conviction, vivre à la marge, loin des convenances de son époque.

Graphiquement, Clément Oubrerie a d’abord choisi de travailler au fusain sur de grands formats (chaque case est réalisée individuellement dans un format A4 !) avant d’ajouter l’encrage et l’aquarelle. Le résultat est superbe et surtout le dessinateur a su retranscrire à merveille le Paris du tout début du 20ème siècle.

Un album très réussi qui vaut autant pour la précision des éléments biographiques que pour la qualité du dessin. Dernière bonne nouvelle, il ne faudra pas attendre des années avant de connaître la suite puisque le second volume est prévu pour cet automne. Youpi !


Pablo T1 : Max Jacob de Julie Birmant et Clément Oubrerie. Dargaud, 2012. 88 pages. 16,95 euros.


Birmant et Oubrerie © Dargaud 2012 



Une BD découverte dans le cadre d'une
lecture commune proposée par Oliv

Les avis d'Oliv, d'Yvan, de Natiora, de Tête de Litote 

 

32 commentaires:

  1. Je ne vais pas tarder à la lire bientôt aussi, j'espère,toujours dans le cadre de cette LC lancée par OliV'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon libraire a eu beaucoup de mal a me récupérer un exemplaire, il devait y avoir une rupture de stock temporaire.

      Supprimer
  2. même si le sujet est tentant, les dessins ne m'attirent pas !

    RépondreSupprimer
  3. L'idée me plait beaucoup, je note ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Je bosse dans un bahut qui porte son nom, au moins une bonne raison de lire cette biographie en BD ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu n'as plus d'excuse pour ne pas le découvrir.

      Supprimer
  5. On me l'a offert il y a quelques temps : une belle découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant je n'ai pas lu d'avis négatifs.

      Supprimer
  6. Je l'ai déjà noté car il fera un beau cadeau. De plus si je le complète avec le tome 2... ça fera du poids !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra juste attendre encore quelques semaines.

      Supprimer
  7. Ouaip, merci jerome pour le logo et le lien et donc la lecture !!!
    Super si tu as apprécié. C'est vai que c'est bien sympa cette histoire de découvir Pablo à travers le point de vue de Fernande !
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content d'avoir participé à cette lecture commune. J'ai découvert une série prometteuse.

      Supprimer
  8. C'est vrai que ça a l'air très réussi ! Allez, j'espère avoir l'occasion de la lire prochainement car je sens que je vais me régaler :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense vraiment que tu devrais apprécier.

      Supprimer
  9. Oh voilà un titre qui me tente particulièrement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux te laisser tenter sans problème.

      Supprimer
  10. J'ai beaucoup aimé le manière dont les auteurs retranscrivent l'ambiance du Paris de l'époque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est un des gros points forts de l'album.

      Supprimer
  11. Tiens, revoilà Julie Birmant. J'avais bien aimé son "Drôles de femmes" et là je ne doute pas que l'association avec Clément Oubrerie soit efficace. J'avais bien aimé l'adaptation de "Zazie dans le métro" de ce même dessinateur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zazie dans le métro était en effet une belle réusiite. Du même dessinateur, j'ai adoré Aya de Yopougon.

      Supprimer
  12. Je ne suis pas fan de Picasso, donc je vais passer ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, c'est une bonne raison pour passer ton tour même si cet album aborde aussi d'autres thématique que Picasso.

      Supprimer
  13. J'ai été très tentée de rejoindre cette lc, puis finalement mes finances m'ont conseillées de calmer mes vélléités de partage littéraire... Je me suis inclinée... A regret...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le gros souci avec les BD trop récentes, il est difficile de les toruver à la bibli. Du coup c'est le porte monnaie qui trinque^^

      Supprimer
  14. Je crois que c'est mon plus gros coup de coeur de l'année dernière ...
    Les dessins sont absolument magnifiques...même si, de manière étonnante, je n'avais pas acheté ce titre dès sa parution parce que la couverture ne me disait rien...
    Pour le reste, j'ai été tout simplement captivée.... et absolument pas déçue à la lecture du second tome, bien au contraire dans la mesure où j'ai un petit faible pour Apollinaire.
    Sur ce point d'ailleurs, j'ai été séduite de retrouver de nombreux poèmes que j'aime au milieu de si jolies images.
    Surtout, ces deux tomes m'ont permis de réussir pour la première fois le challenge que je me fixe chaque année, d'habitude sans succès: j'ai réussi à convertir ma prof de français à la bande dessinée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mon coté je n'ai pas encore lu le second mais ça ne saurait tarder.

      Supprimer
  15. les bd ne sont pas mon point fort
    j ai beaucoup aimé YAYA mais plus pour l'histoire que le dessin
    je vais attendre que ma bibliothécaire fan
    de BD l 'achète..
    prudente et économe
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison de l'attendre à la bibliothèque. Après tout elle sert à ça !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !