dimanche 27 novembre 2011

Le vent dans les saules 3 : L'échappée belle

Plessix © Delcourt 1999
Crapaud ? C’est son ami Rat qui en parle le mieux :   « Bien sûr, il n’est pas très intelligent, plutôt vantard et trouillard, soupe au lait, naïf, orgueilleux et un peu lâche. Mais il a aussi des qualités. » Le problème de Crapaud, c’est qu’il n’arrête pas de changer de lubie. Sa dernière en date ? Le voyage : « se laisser aller au gré des chemins, chausser des semelles de vent, se réveiller chaque matin dans un nouveau décor, manger chaque soir dans de nouvelles auberges, aller de verts bocages en cités perdues, parcourir des contrées inconnues, belles et dangereuses, se laisser porter par l’échine du monde… ». Il parvient à convaincre Rat et Taupe de l’accompagner dans une expédition en roulotte mais les choses ne se passent pas comme prévu. Malheureusement, leur route croise celle d’une voiture. Pour Crapaud, c'est une révélation. Hypnotisé par le fabuleux spectacle de cette incroyable machine, le batracien fait de l’automobile sa nouvelle passion. Une passion dévorante qui coutera cher à ce piètre conducteur…

Au moment où commence ce troisième tome, Crapaud croupit dans une cellule sordide. Inculpé de vol de voiture, délit de fuite et outrage à agent, il a été condamné à 20 ans de prison. Son calvaire ne durera heureusement pas longtemps. Grâce à la bienveillance de la fille du geôlier et à un astucieux stratagème, le prisonnier parvient à s’échapper. Le retour dans son douillet manoir ne sera pas pour autant une partie de plaisir.

Pourquoi j’adore le vent le vent dans les saules ? Regardez-donc l’extrait ci-dessous. Michel Plessix est pour moi un magicien. Un enchanteur qui fait de chaque planche un émerveillement pour les yeux. Son adaptation du roman de Kenneth Grahame est pétrie de drôlerie et d’élégance. Le trait, à la fois délicat et méticuleux, dégage une poésie bucolique que je n’ai jamais retrouvé ailleurs, à part peut-être chez le très grand Raymond Macherot. Les compositions que Plessix propose sur certaines pages sont d’une sensibilité digne des plus grands peintres impressionnistes. Et si chaque album est parsemé de nombreux récitatifs, ces derniers, très littéraires, n’alourdissent jamais le propos (on n’est pas chez Blake et Mortimer !).

Respect du roman, qualité de l’écriture et magnificence du dessin. Le vent dans les saules est pour moi un chef d’œuvre que je ne me lasse jamais de relire. A posséder ABSOLUMENT dans votre bibliothèque !


Le vent dans les saules T3 : L’échappée belle de Michel Plessix, Éditions Delcourt, 1999. 32 pages. 14.90 euros.

Plessix © Delcourt 1999





(Fauve) Fnac-SNCF
Prix du Public 2000




16 commentaires:

  1. C'est le meilleur tome de la série je trouve. Que dire de ce début d’album, passé sur cette petite île, à l’heure où la nuit se transforme en bleu, où tout est silence avant que l’aube nous entoure de sa douce lumière? Après nous avoir fait humer la nature dans les tomes précédents, Plessix parvient à nous la faire écouter ! Tout bonnement magique !

    RépondreSupprimer
  2. @ Yvan : ce premier chapitre est vraiment de toute beauté. Sans doute l'un de mes préférés avec ceux qui décrivent la rencontre entre Rat et Taupe et leur pique-nique.

    RépondreSupprimer
  3. J'abonde dans votre sens Messieurs ! Cette série est superbe ! L'auteur est parvenu à retranscrire toutes les sensations que ce soit au niveau olfactif, gustatif... ou pour nous faire serrer les dents lorsqu'on se retrouve, aux côtés de Crapaud, dans ses virées frénétiques au volant de son bolide !

    RépondreSupprimer
  4. @ Mo' : ce crapaud, quel personnage ! Et cette série, quel chef d'oeuvre !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai l'intégrale et c'est une vraie merveille...

    RépondreSupprimer
  6. @ Sara : une merveille, tu l'as dit !

    RépondreSupprimer
  7. je viens de découvrir cette BD et c'est vrai que le style est d'une pure beauté comme on n'en fait plus de nos jours...

    RépondreSupprimer
  8. @ NAd : difficile en effet aujourd'hui de trouver un auteur aussi méticuleux. Plessix est pour moi digne des grands anciens de l'âge d'or de la BD.

    RépondreSupprimer
  9. Cette série me titillait depuis un moment je viens de lire les deux premiers tomes que j'ai emprunté et je suis conquise charmée ! Du coup je regrette ne pas la posséder de plus il existe des coffrets avec plusieurs tomes ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'ai la série en intégrale. Les quatre tomes dans un seul volume, c'est plus pratique !

      Supprimer
  10. Je me suis trouver les 4 volumes, en excellent état, ce matin dans un vide grenier, je sens que je vais me régaler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûr que tu vas te régaler. Un chef d'oeuvre !

      Supprimer
  11. Ah, Le vent dans les saules... Un pur régal. J'avais découvert les deux premiers tomes cet été, je viens de lire avec délectation les deux derniers. J'abonde dans ton sens. J'ai également adoré les premières pages du tome 3; un moment de PURE poésie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une série magique, une de mes préférées, incontestablement.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !