mercredi 1 juin 2011

New York trilogie : intégrale

Pour Will Eisner, New York a été une source d’inspiration inépuisable. Sa ville de naissance a notamment été le théâtre de son recueil de nouvelles Un pacte avec Dieu, publié en 1978 et considéré par beaucoup comme un des albums de BD qui ont marqué le 20ème siècle. Entre 1981 et 1992, l’auteur du Spirit remet le couvert. Avec La Ville, L’immeuble et Les gens, il créé une trilogie New-Yorkaise qui fera date.

Le premier titre, La Ville, n’est pas à proprement parler un roman graphique. Il s’agit plutôt d’une série de « photographies » bâties autour d’éléments clé qui constituent sa vision d’une grande ville : les grilles d’aération, les perrons, le métro, les déchets, le bruit, les bouches d’incendie, les égouts, les murs, les fenêtres... Eisner y décline en une succession de saynètes brèves, souvent sans texte, des petites fictions censées selon lui représenter l’essence même de la grande ville telle qu’elle est vue par ses propres habitants.

Avec L’immeuble, l’auteur convoque les esprits de quatre personnes ayant vécu dans un immeuble aujourd’hui détruit. Il raconte ces vies « fantomatiques » dont le destin est resté intimement lié au lieu qu’elles ont habité.

Les trois nouvelles qui composent Les gens, dernier tome de la trilogie, sonnent comme un constat sombre et désespéré : aujourd’hui plus que jamais, la ville est peuplée de gens invisibles. Un univers kafkaien où le rythme de vie frénétique des citoyens ne laisse aucune place aux existences individuelles.

Si vous ne connaissez pas Will Eisner, un des plus grands maîtres de la BD mondiale, c’est l’occasion rêvée de le découvrir. En regroupant pour la 1ère fois cette trilogie dans une intégrale, les éditions Delcourt offrent à leurs lecteurs un magnifique cadeau. L’auteur propose une vraie leçon de BD. Un trait souple et doux d’une grande expressivité, un noir et blanc maîtrisé avec pour seule couleur une encre diluée qui offre différents ton de gris du plus bel effet. Et puis que dire de ce découpage ? Eisner possède un art consommé de l’ellipse, cet espace invisible entre deux cases permettant au lecteur de construire mentalement une réalité globale et continue qui constitue l’essence même de la bande dessinée. Mais au-delà des qualités purement techniques de cette trilogie, il y a dans les différentes nouvelles une force narrative absolument remarquable.

Ce pavé de 400 pages est plus qu’une simple intégrale regroupant trois titres distincts. C’est une œuvre cohérente offrant le regard porté par un artiste sur sa ville. Pour moi, une lecture indispensable si l’on souhaite parfaire sa culture bédéistique.


New York Trilogie de Will Eisner, Éditions Delcourt, 2011. 424 pages. 29.90 euros.




Le challenge Palsèche de Mo'

20 commentaires:

  1. Je ne connais pas Will Eisner, donc je note là encore ce titre ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai lu que le second tome de cette trilogie et je voulais me procurer les deux autres. Le principe de l'intégrale me plait donc beaucoup ^^
    Merci pour ton avis Jérôme, et bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
  3. @ Mo' : c'est vrai que l'intégrale est un vrai plus car elle permet d'avoir une vision globale du projet d'Eisner. Mais attention, c'est un tirage unique et limité fait par Delcourt à l'occasion de ses 25 ans. Peut-être difficile à trouver en librairie d'ici quelques temps...

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que les intégrales, il faut se les procurer vite, j'ai constaté... Pour Will Eisner, du coup j'hésite, je pensais le découvrir avec Un pacte avec Dieu.

    RépondreSupprimer
  5. l'intégrale comporte les bonus qui étaient insérés dans certaines éditions originales des albums (cahier graphique etc) ?

    RépondreSupprimer
  6. Non Mo', il n'y a pas de cahier graphique ni aucun autre bonus. Juste un article de Neil Gaiman et une note de l'éditeur américain en fin d'ouvrage, mais je ne sais pas si elles étaient déjà présentes dans les éditions originales.
    Par contre, cette intégrale est un bel objet livre avec un épais cartnnage pour les couvertures et une belle jaquette.

    RépondreSupprimer
  7. C'est clair que cette trilogie, tout comme son auteur, sont des incontournables de la BD.
    J'ai beaucoup, beaucoup aimé cette série. Et c'est un peu comme si elle prenait le "pouls" de la ville et nous le faisait entendre à travers ses dessins.
    Si ça te dit, j'avais écrit quelques bafouilles à son sujet au moment de sa lecture: http://lescarabistouilles.wordpress.com/2009/08/27/trilogie-new-yorkaise-will-eisner/

    RépondreSupprimer
  8. J'ai découvert récemment le dessin de Eisner, c'est bluffant je trouve ! Chouette idée que cette trilogie !

    RépondreSupprimer
  9. Une trilogie qui m'a bien évidemment séduite, moi l'amoureuse de New York !

    RépondreSupprimer
  10. Alors il faut vite que je découvre cette série ! Comme Manu, je suis amoureuse de cette ville. Je vais vite me procurer cet intégrale.

    RépondreSupprimer
  11. J'ose à peine le dire, mais je ne suis pas trop fan des histoires d'Eisner. J'adore l'ambiance et le graphisme, mais je n'accroche pas vraiment aux récits :(

    RépondreSupprimer
  12. @ Emmyne : un pacte avec Dieu est un indispensable dans la bibliographie d'Eisner.

    @ Noukette, Manu et Sara : je ne peux que vous conseiller cette intégrale, même si pour le coup, elle n'est pas donnée !

    @ Yvan : tu as tout à fait le droit de ne pas accrocher aux histoires. Personnellement, je trouve que la 1ère nouvelle du dernier recueil (Les gens) est une leçon absolue de ne narration en BD. La mécanique de cette histoire me semble juste parfaite !

    RépondreSupprimer
  13. J'ai tellement aimé Un pacte avec Dieu que je tiens à continuer avec cette trilogie. Même sans connaître New York, je pense qu'on peut être facilement séduite, non?

    RépondreSupprimer
  14. Cette Bd m'a l'air bien intéressante, je note... Merci pour la découverte également !! ;-)

    RépondreSupprimer
  15. @ Mango : je te rassure, même si New York est le coeur de cette trilogie, on peut très bien la lire sans connaître cette ville. D'ailleurs Eisner lui-même apporte cette précision en introduction : "Le fait que j'ai grandi à New York m'a amené à bien connaître son architecture et son mobilier urbain. Mais j'ai pu découvrir de nombreuses autres grandes villes, et ce que je propose ici vaut, à mon sens, pour toutes ces cités."

    RépondreSupprimer
  16. Tiens, tiens, tiens, ça me rappelle que je n'ai toujours pas lu la trilogie en entier !
    J'avais adoré les 2 premiers tomes

    RépondreSupprimer
  17. @ Kikine : en plus, le troisième tome est pour moi le meilleur.

    RépondreSupprimer
  18. Ca me tente bien.
    Ca me fait penser au "heures souterraines" de Delphine de Vigan qui décrit Paris dans son dernier roman.

    RépondreSupprimer
  19. Après ma découverte des Carnets d'un new-yorkais de Peter Kuper, celle-ci me tente beaucoup.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !